Le receveur des Steelers de Pittsburgh, George Pickens, a l’impression d’être grand ouvert sur tous les parcours. Mitch Trubisky ne le trouve tout simplement pas.

Pickens a été sélectionné au deuxième tour en Géorgie, et on s’attendait à ce qu’il ait un impact immédiat sur le terrain et dans une chambre de wide receiver bondée.

Cela ne s’est pas produit, malgré une pré-saison réussie au cours de laquelle il a formé une certaine camaraderie avec Mitch Trubisky et Kenny Pickett. L’attaque des Pittsburgh Steelers n’est tout simplement pas fluide en ce moment, et quelque chose doit changer. Peut-être que Pickens pourrait être cette étincelle.

« Je dis cela parce que je suis un grand gars qui court dans les 4.4s », a déclaré Pickens, via le Pittsburgh Tribune-Review. « J’ai toujours un pas sur quelqu’un et mon pas est naturellement plus long que celui de l’autre personne, et je suis vraiment rapide. J’ai toujours un pas et j’ai toujours l’impression que, 99 % du temps, je suis ouvert, même si le ballon arrive en l’air et que le défenseur a le temps de le rattraper. … Mais je suis ouvert dès que je sors de la ligne. »

Les Steelers doivent incorporer George Pickens davantage

Au final, c’est à Pickens de s’assurer de ses cibles, et d’en tirer le meilleur parti. Mais s’il dit qu’il est ouvert – et le film le montre – alors c’est à l’équipe d’entraîneurs offensifs de le mettre en position de faire des jeux.

La responsabilité incombe aux Steelers ici, et je dis cela parce qu’il est loin d’être le seul joueur de poste d’habileté à montrer une certaine frustration avec l’attaque. Diontae Johnson et Chase Claypool ont tous deux déclaré qu’ils avaient l’occasion de faire de grands jeux. Pourtant, Pittsburgh ne prend pas ces chances, tout comme ils ne l’ont pas fait l’année dernière avec Ben Roethlisberger sur ses dernières jambes.

Alors, est-ce un problème de joueur ou un problème de système ? Pour l’instant, il semble que Matt Canada ait quelques questions à répondre.