« C’est la seule chose qui me manquait au tableau des persécutions », ironise Marine Le Pen à propos d’un contrôle fiscal supposé

« Première nouvelle ». Invitée dimanche 4 mars de l’émission « Dimanche en politique » sur France 3, Marine Le Pen a fait part de sa surprise après la révalation dans Le Journal du dimanche d’un contrôle fiscal contre elle. La présidente du Front national a dit ne pas avoir été informée de ce contrôle supposé. « Mais ça ne m’étonnerait pas outre mesure, dans le tableau des persécutions, c’est à peu près la seule chose qui me manquait », a-t-elle ironisé.

« Je me demande ‘qui est-ce que je terrorise à ce point-là ?' », a-t-elle lancé, après avoir dénoncé les persécutions « bancaire », « médiatique » et « judiciaire »dont elle estime faire l’objet. Une référence à ses deux mises en examen, pour « diffusion d’images violentes » après l’un de ses tweets sur Daech et « abus de confiance » dans l’affaire des assistants parlementaires européens.

Interrogé par l’AFP, le ministère des Comptes publics n’a pas fait de commentaires sur cet éventuel contrôle, qui relève du « secret fiscal ». La Source

La Source

Articles en relation

Close