Les choses ne fonctionnent pas pour les Raptors de Toronto en ce moment. A quel point doivent-ils être agressifs pour refaire de ce roster un concurrent ?

Après un début de saison à 11-9, les Raptors de Toronto ont perdu neuf de leurs douze derniers matches, ce qui les place à 14-18 et à la 10e place de la Conférence Est.

Cette série de mauvais résultats a donné lieu à des spéculations selon lesquelles il est temps pour la seule équipe canadienne de la NBA de s’engager dans une reconstruction complète.

Ce qui rend des commentaires comme ceux-ci particulièrement intéressants, c’est qu’il n’y a pas si longtemps, les Raptors semblaient être l’une des équipes les plus prometteuses de la ligue.

Que diable s’est-il passé ? Pourquoi perdent-ils ? Et est-ce vraiment le moment de reconstruire ?

Les Raptors sont polyvalents… mais pas en attaque.

Dans la NBA d’aujourd’hui, la polyvalence fait fureur. Cependant, lorsque nous pensons à la polyvalence, nous pensons normalement à des ailiers et des attaquants longs et athlétiques qui peuvent défendre plusieurs positions. Il s’agit d’une définition du terme très orientée vers la défense. L’attaque requiert également un certain niveau de polyvalence, en particulier dans la zone médiane.

Les meilleures offensives à mi-court peuvent créer des avantages avec plusieurs créateurs de plusieurs façons différentes. Pensez aux Boston Celtics. Ils peuvent demander à Jayson Tatum, Jaylen Brown, Marcus Smart ou Malcolm Brogdon de créer en dehors du dribble. Et ils peuvent le faire par le biais d’un pick-and-roll, en s’enroulant à partir d’un écran, dans le jeu de transfert de dribble avec un grand homme. Les possibilités sont infinies.

L’attaque en demi-cour des Raptors n’a pas autant de dimensions (c’est pourquoi ils sont 28e en efficacité en demi-cour, selon Cleaning the Glass). Lorsqu’ils ne peuvent pas sortir en transition, ils sont souvent relégués à des isolations pénibles (quatrième en fréquence) et à des postups (dixième en fréquence).

Alors pourquoi n’intègrent-ils pas davantage les séries offensives de Boston ?

Il y a un acronyme commun utilisé dans les cercles de basket-ball connu sous le nom de « KYP » – Know Your Personnel. Les meilleurs entraîneurs vivent et meurent selon ce principe. Ne faites pas correspondre vos joueurs à votre schéma. Faites en sorte que le schéma s’adapte à vos joueurs.

Lire  L'entraîneur de l'État du Mississippi, Mike Leach, est hospitalisé pour des raisons de santé.

Le coach Nick Nurse a été critiqué par le passé pour le manque de rigidité de ses offensives, et bien que certaines de ces critiques soient justes, son personnel limite ce qu’il peut faire.

Les meilleurs joueurs de Toronto sont des attaquants robustes et puissants – pensez à OG Anunoby et Scottie Barnes. Il est dans leur intérêt de les faire profiter de leur force pour passer au travers des défenseurs.

Le problème n’est pas qu’il ne joue pas avec les forces de son personnel. C’est que leurs forces sont inefficaces. Les Raptors sont 28ème en points par possession (PPP) sur les isolations et 23ème sur les post-ups (selon NBA.com).

Ce que l’infirmière peut faire, c’est rendre les événements qui mènent à ces jeux plus imaginatifs. Trop souvent, nous sommes obligés d’assister à des backdowns ennuyeux (comme celui souligné ci-dessous) qui ne correspondent à aucun des quatre facteurs d’un post-up efficace.

Jusqu’à ce que ces types de jeu deviennent plus efficaces, les seules formes de création d’avantages cohérents de Toronto reposent entre les mains de Fred VanVleet et Pascal Siakam.

VanVleet, après avoir explosé au rang de All-Star la saison dernière, a connu une régression de ses tirs à 3 points (de 37,7 à 32,7 %), ce qui a atténué sa capacité à déformer les défenses. Pendant ce temps, Siakam a joué à des niveaux surhumains, mais malheureusement, les Raptors mettent peut-être trop de poids sur le dos de Superman.

L’épitomé de cette dépendance excessive a pu être observée lors du choc de lundi soir contre les Philadelphia 76ers. Siakam s’est battu bec et ongles pour faire remonter les Raptors d’un déficit de 14 points et forcer le match à la prolongation, marquant 38 points, son meilleur score de la saison (dont un layup allongé pour égaliser le match à cinq secondes de la fin).

Mais hélas, lorsqu’ils sont arrivés en prolongation, l’attaque n’a pu marquer que deux points en cinq minutes parce qu’ils n’ont pas pu générer d’opportunités de transition, et la défense a pu se charger de Siakam dans la moitié du terrain.

Le montage ci-dessus est chaque possession offensive de la prolongation. Presque chaque possession s’est soldée par un tir inefficace. Les seuls tirs favorables ont été les deux tirs à 3 de VanVleet, mais n’oubliez pas qu’il est au milieu d’une crise de tir !

Les difficultés de VanVleet s’étendent à toute l’équipe. Normalement, la dépendance massive à une seule étoile (c’est-à-dire l’héliocentrisme) conduit à une attaque au moins passable. Mais le problème à Toronto, c’est que les équipes peuvent s’enfoncer dans la peinture sur les drives sans conséquences majeures, car les Raptors sont actuellement derniers de la ligue en pourcentage de 3 points.

Lire  Mise à jour du tableau des éliminatoires de l'AFC après l'effondrement des Dolphins à Noël.

La défense des Raptors est polyvalente, mais pas TELLEMENT.

Nous avons mentionné plus tôt comment le fait d’avoir des joueurs de grande taille qui peuvent défendre plusieurs positions fait partie de la polyvalence défensive. Le mot clé ici étant « partie ». La polyvalence des matchs est importante, mais ce n’est pas la seule partie de l’équation.

L’autre partie de la formule concerne la variété des styles qu’une défense peut jouer. Toronto a de la longueur et de l’agilité à revendre, ce qui lui permet de mettre en place un système de blitz et d’interrupteurs qui ressemble à la défense de pression SOS des SuperSonics de Seattle des années 1990.

Cette défense est excellente pour les Raptors parce qu’elle induit les turnovers dont ils ont besoin pour sortir en transition. Toronto a le pourcentage de retournement de l’adversaire le plus élevé du basket-ball. Mais leur évaluation défensive n’est encore que 18e, et c’est parce que cette technique n’est pas sans inconvénients.

Pour commencer, un style aussi agressif peut être incroyablement exigeant pour le corps. Les quatre joueurs de Toronto – VanVleet, Anunoby, Siakam et Barnes – sont tous dans le top 20 pour la distance défensive parcourue par match (selon NBA.com). Il peut être difficile de maintenir ce type d’intensité tout au long d’une saison de 82 matchs, et il est logique que plusieurs des pièces clés de l’équipe aient manqué de temps cette année en raison de blessures.

Pour ajouter à la nature éreintante de leur défense, chaque possession exige une précision extrême sur les rotations (parce qu’en blitzant le ballon, vous vous placez automatiquement dans un désavantage à 4 contre 3), ou toute la danse s’effondre, conduisant à la concession de tirs de grande valeur. Et à l’heure actuelle, les Raptors autorisent une tonne de ces tirs, affichant le quatrième pire régime de tirs de la NBA (selon Cleaning the Glass).

Enfin, tout comme les SuperSonics de Seattle des années 1990, la défense des Raptors a un côté gadget. Plus vous la voyez, plus il est facile de la battre.

En règle générale, la passe est le contrepoids parfait à une défense en blitz. Le ballon de basket se déplace toujours plus vite que les humains sur le terrain, donc en passant suffisamment le ballon, vous pouvez déjouer une défense qui s’embrouille.

Les équipes ont compris cela avec les Raptors, comme le prouve le fait que l’équipe donne le troisième plus grand nombre de passes décisives adverses pour 100 possessions.

Cela ne signifie pas que Toronto doit renoncer à sa défense exotique. Ils doivent simplement introduire d’autres couvertures pour donner du répit à leurs joueurs et donner aux attaques adverses un aspect différent.

Lire  3 joueurs de la Géorgie qui ont porté les Dawgs à dominer le Tennessee

Les Celtics susmentionnés déploient un schéma dynamique à base de switchs. Mais ils peuvent également s’appuyer sur une couverture plus conservatrice avec leurs grands joueurs Al Horford et Robert Williams III pour aider à réduire la charge physique imposée à leur personnel et donner aux autres équipes une autre variable à prendre en compte lorsqu’elles élaborent leur plan de jeu.

Alors … les Raptors ont besoin de se reconstruire ?

Pas tout à fait.

Attends, tu viens de passer les 1200 derniers mots à expliquer tout ce qui ne va pas avec Toronto. Pourquoi ne reconstruiraient-ils pas ?

Je ne veux pas être trop agressif ici (comme la défense des Raptors), mais si Toronto a besoin de reconstruire, alors tout le processus de reconstruction est inutile.

Vous reconstruisez pour obtenir de jeunes joueurs de talent. Des joueurs comme Pascal Siakam. Comme OG Anunoby. Comme la recrue de l’année Scottie Barnes. Toronto a les joueurs que vous reconstruisez pour essayer d’obtenir.

Ce dont cette équipe a besoin, c’est de faire des ajustements sur les marges. Regardez l’équipe que nous ne cessons de citer comme l’idéal platonique de la construction d’une équipe : les Boston Celtics. Ils étaient à 17-19 quand le calendrier a basculé en 2022. Et qu’ont-ils fait ? Ils ont commencé à utiliser Marcus Smart comme meneur de jeu en attaque, ils ont incorporé plus de changements de zone pour garder Williams plus près du bord en défense, et ils ont acquis des contributeurs clés comme Derrick White et Malcolm Brogdon sans perdre une partie de leur noyau. Et maintenant, ils sont les favoris pour remporter le titre NBA.

Toronto peut chercher à effectuer des changements similaires. Des changements schématiques qui ajoutent de la créativité à leur attaque et de la polyvalence à leur défense, et des changements personnels qui leur donnent plus de tirs et de sources de création d’avantages.

Quoi qu’ils fassent, ils ne doivent pas paniquer ou devenir réactifs car, avec un noyau de jeunes aussi talentueux que le leur, la dernière chose à faire est de lancer une reconstruction complète des Raptors.

LE TABLEAU BLANC : S’abonner à la newsletter quotidienne de la NBA

Consultez The Step Back pour plus d’informations, d’analyses, d’opinions et une couverture unique du basket. N’oubliez pas de nous suivre sur Twitter Twitter et Instagram et abonnez-vous à notre newsletter quotidienne par e-mail, The Whiteboard.