Le président Ebrahim Raisi a déclaré que les villes iraniennes étaient « saines et sauves ». (Dossier)

Dubaï :

Le président Ebrahim Raisi a déclaré que les villes iraniennes étaient « saines et sauves » après ce qu’il a appelé une tentative ratée des États-Unis de répéter les soulèvements arabes de 2011 en République islamique, ont rapporté samedi les médias iraniens alors que les manifestations se poursuivaient pour un 50e jour.

La direction cléricale de l’Iran a lutté pour réprimer les manifestations qui ont éclaté en septembre après la mort d’une jeune femme kurde iranienne qui avait été détenue par la police des mœurs pour avoir bafoué les lois strictes sur la tenue vestimentaire des femmes.

Des centaines de personnes, pour la plupart des manifestants, ont été tuées, selon des activistes, dans l’une des plus graves vagues d’agitation à balayer le pays depuis la révolution islamique de 1979 qui a renversé le Shah soutenu par les États-Unis.

Alors que les autorités iraniennes marquaient cette semaine l’anniversaire de la prise de l’ambassade des États-Unis à Téhéran par des étudiants radicaux, le président Joe Biden a soutenu les manifestants, déclarant : « Nous allons libérer l’Iran. Ils vont se libérer eux-mêmes assez rapidement ».

Les étudiants et les femmes sont à l’origine d’une grande partie des protestations actuelles, avec des femmes qui jettent et brûlent leur voile en défiant les codes vestimentaires stricts et des étudiants qui scandent les responsables dans les campus universitaires, selon des séquences vidéo non vérifiées.

« Les Américains et d’autres ennemis ont cherché à déstabiliser l’Iran en mettant en œuvre les mêmes plans qu’en Libye et en Syrie, mais ils ont échoué », a déclaré Ebrahim Raisi à un groupe d’étudiants lors d’une réunion de quatre heures vendredi, selon les agences de presse iraniennes.

Lire  Les 10 meilleures offres Amazon de la Fête du travail pour les membres Prime

Un soulèvement populaire en Libye a conduit à l’intervention de l’OTAN en 2011 et au renversement et à l’assassinat du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi par des combattants rebelles. En Syrie, les manifestations de masse contre le président Bachar el-Assad, allié de l’Iran, ont été confrontées à la force et le pays s’est enfoncé dans un conflit qui se poursuit 11 ans plus tard.

En revanche, les villes iraniennes sont désormais « saines et sauves », a déclaré le président Raisi, promettant une rétribution pour les troubles qu’a connus le pays.

« Les émeutes et les tentatives de perturber le pays sont différentes des protestations. Les émeutes et ceux qui créent l’insécurité doivent être traités », a déclaré le président Raisi.

Slogans, répression

L’agence de presse activiste HRANA a déclaré que 314 manifestants avaient été tués dans les troubles jusqu’à vendredi, dont 47 mineurs. Quelque 38 membres des forces de sécurité ont également été tués. Selon l’agence, au moins 14 170 personnes ont été arrêtées, dont 392 étudiants, lors de manifestations dans 136 villes et villages et 134 universités.

Certaines des pires effusions de sang ont eu lieu dans la province iranienne du Sistan-Baloutchistan, dans le sud-est du pays, où vit une grande partie de la minorité sunnite de ce pays à prédominance chiite.

L’ecclésiastique sunnite Molavi Abdolhamid a déclaré que la répression sévère contre les manifestants dans la ville de Khash, dans le sud-est du pays, était un exemple de discrimination du gouvernement envers la minorité baloutche qui vit dans la région appauvrie aux frontières du Pakistan et de l’Afghanistan.

Lire  Valve, Devolver et d'autres éditeurs commencent à augmenter les prix de Steam en raison des nouvelles recommandations régionales

« Les tirs à balles réelles doivent-ils être la réponse aux slogans et aux jets de pierres ? On se demande pourquoi le traitement des manifestants au Sistan-Baloutchistan est différent de celui des autres régions du pays et pourquoi les manifestants de cette province sont impitoyablement massacrés… », a déclaré Molavi Abdolhamid dans un communiqué publié sur son site Internet.

Amnesty International a déclaré que jusqu’à 10 personnes pourraient avoir été tuées après que les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des manifestants qui jetaient des pierres et auraient attaqué un bâtiment gouvernemental.

Les étudiants d’une douzaine d’universités à Téhéran et à Karaj, à l’ouest de la capitale, dans les villes de Rasht, au nord, et de Mashhad, au nord-est, ont manifesté samedi en scandant des slogans tels que « Femme, vie, liberté », selon des vidéos publiées par HRANA.

Reuters n’a pas pu authentifier ces images de manière indépendante.

La crise a entraîné la monnaie iranienne vers de nouveaux planchers historiques. Le dollar américain se vendait jusqu’à 362 100 rials sur le marché non officiel samedi, après avoir perdu près de 12 % de sa valeur depuis le début des manifestations, selon le site de change Bonbast.com.

Dans un effort apparent pour freiner la chute de la monnaie iranienne en difficulté, le gouvernement a autorisé samedi les ventes en ligne par les cambistes, afin de faciliter l’achat de devises fortes.

Pendant ce temps, le ministère du Renseignement a déclaré qu'il avait bloqué les comptes bancaires de 2 300 personnes accusées d'être impliquées dans le marché noir des devises étrangères et qu'elles pourraient faire l'objet de poursuites judiciaires, ont rapporté les médias d'État.

Lire  Phil Spencer : "Nous continuerons à livrer Call of Duty sur PlayStation, comme nous l'avons fait pour Minecraft".

(A l'exception du titre, cette histoire n'a pas été éditée par le personnel de et est publiée à partir d'un flux syndiqué).

Vidéo du jour

La vérité contre le battage médiatique : Ram Rahim : Viol, meurtre et effronterie