Le chef du Shiv Sena Taksali, Sudhir Suri, juste avant d’être abattu à Amritsar.

Amritsar/Chandigarh :

Un commerçant local est celui qui a tiré sur Sudhir Suri, l’un des leaders de la droite hindoue les plus importants du Pendjab, à Amritsar aujourd’hui, alors qu’il manifestait devant un temple pour protester contre le sacrilège présumé des idoles et des images hindoues.

Le chef de la police de l’État, Gaurav Yadav, a déclaré qu’il était décédé à l’hôpital, des suites de ses blessures par balle. « Il était en train de faire une dharna sur un différend concernant la gestion de Gopal Mandir. L’agresseur a un magasin de vêtements à cet endroit. Il a tiré des balles avec son revolver de calibre 32. Certaines des balles ont touché [Sudhir Suri] et il a été emmené à l’hôpital immédiatement », a déclaré le DGP Yadav.

« L’accusé, Sandeep Singh Sunny, a été placé en détention sur place. Son interrogatoire est en cours. Nous avons enregistré une affaire en vertu de la section 302 (meurtre) du Code pénal indien », a-t-il ajouté, sans donner plus de détails sur l’orientation de l’enquête.

Leader d’une organisation locale qui utilise le nom de Shiv Sena Taksali, Sudhir Suri était principalement connu pour ses messages vidéo agressifs – souvent injurieux et prétendument communautaires – sur les médias sociaux, visant certaines organisations sikhes et les partisans du Khalistan en particulier. La police n’a pas établi de lien, bien que des théories non confirmées aient circulé sur les médias sociaux.

« Nous essayons de savoir combien de membres du personnel de sécurité étaient présents avec Sudhir Suri au moment de la fusillade », a déclaré le DGP Yadav.

Lire  Netflix ouvre un nouveau studio dirigé par l'ancien producteur d'Overwatch et envisage une expansion dans le domaine du cloud gaming.

M. Suri bénéficiait d’une protection policière en raison des menaces de gangsters et d’extrémistes khalistanais, et des policiers locaux étaient également déployés sur place. Mais l’agresseur est simplement entré dans une maison juste en face de l’endroit où M. Suri bloquait la route, et a ouvert le feu. L’agresseur était venu avec d’autres personnes dans une voiture, mais ils ont réussi à s’échapper, selon des sources.

Certains des partisans de M. Suri ont tenu une brève manifestation sur une autoroute à Amritsar, blâmant le gouvernement de l’État pour la « violation de la sécurité ».

Le DGP Yadav a reconnu la sensibilité en disant, « La situation à Amritsar est entièrement sous contrôle, » et a ajouté, « Nous irons au fond des choses. Le Pendjab a toujours donné l’exemple de l’harmonie communautaire. »

Le commissaire de police d’Amritsar a appelé la population à garder son calme et à ne pas céder aux appels communautaires.

Ce meurtre intervient quelques mois seulement après le meurtre, en mai, d’une autre personnalité bénéficiant de la sécurité de la police – le chanteur Sidhu Moosewala – soulevant des questions sur le gouvernement du parti Aam Aadmi de Bhagwant Mann, formé en mars.

Le chef du BJP du Pendjab, Ashwani Sharma, a réagi : « La situation de la loi et de l’ordre s’est complètement effondrée dans l’État ».

Le chef du Congrès de l’État, Amarinder Singh ‘Raja’ Warring, a également déclaré : « La loi et l’ordre se détériorent et vont de mal en pis ». Le Congrès condamne l’attaque meurtrière contre un leader du Shiv Sena à Amritsar. Les différences politiques mises à part, la violence est inacceptable. Les coupables doivent être traduits en justice. »

Lire  6 offres Amazon pour la fête du travail appréciées par la rédaction

Le meurtre de Sudhir Suri rappelle également le souvenir d’une série de meurtres de leaders de droite ou religieux, la plupart issus d’organisations hindoues, en 2016 et 2017, lorsque l’Akali Dal-BJP et le Congrès étaient au pouvoir à différents moments.

Au Pendjab, un certain nombre d'organisations hindoues utilisent le nom de "Shiv Sena", mais n'ont formellement rien à voir avec le parti fondé par Bal Thackeray au Maharashtra. La police de l'État a assuré la sécurité de bon nombre de ces dirigeants, car ils ont déjà fait l'objet d'attaques.

(Avec des contributions de ANI)

Vidéo du jour

Imran Khan dit qu'il était au courant de l'attaque un jour avant : "J'ai été touché par 4 balles"