Accueil Technologie

Qu’est-ce qu’une attaque du protocole de bureau à distance et comment la prévenir ?

Le protocole de bureau à distance (RDP) est essentiel pour l’accès à distance. Aujourd’hui, alors que les entreprises adoptent de plus en plus le modèle du travail à distance, les connexions RDP ont augmenté de manière exponentielle. Comme le RDP permet aux travailleurs à distance d’utiliser le réseau de leur entreprise, les pirates informatiques mènent sans relâche des attaques au protocole de bureau à distance pour accéder aux réseaux d’entreprise et les exploiter.

Qu’est-ce qu’une attaque par le protocole de bureau à distance ?

Une attaque RDP est un type de cyberattaque qui tente d’accéder à un ordinateur distant ou de le contrôler à l’aide du protocole RDP.

Les attaques RDP sont de plus en plus courantes, les attaquants cherchant à tirer parti de systèmes non sécurisés, de services exposés et de points d’extrémité de réseau vulnérables. L’objectif d’un attaquant peut aller de la prise de contrôle totale du système cible à la récolte d’informations d’identification, en passant par l’exécution d’un code malveillant.

La méthode la plus courante utilisée dans les attaques RDP consiste à deviner le mot de passe par force brute en essayant de nombreuses combinaisons de nom d’utilisateur et de mot de passe jusqu’à ce qu’une seule fonctionne.

D’autres méthodes peuvent consister à exploiter des vulnérabilités dans des versions et des configurations logicielles obsolètes, à écouter des connexions non cryptées via des scénarios de type « man-in-the-middle » (MitM) ou à compromettre des comptes d’utilisateurs à l’aide d’identifiants de connexion volés obtenus par des campagnes de phishing.

Lire  Wine 8.0 améliore les jeux sous Linux et le support des applications 32 bits

Pourquoi les pirates ciblent-ils le protocole de bureau à distance ?

Les pirates ciblent le protocole de bureau à distance pour diverses raisons, notamment :

1. Exploiter les vulnérabilités

RDP est sujet à diverses vulnérabilités de sécurité, ce qui en fait une cible attrayante pour les pirates qui cherchent à accéder à des systèmes et des données confidentiels.

2. Identifier les mots de passe faibles

Les connexions RDP sont sécurisées par un nom d’utilisateur et un mot de passe. Les mots de passe faibles peuvent donc être facilement découverts par les pirates qui utilisent des tactiques de force brute ou d’autres outils automatisés pour les craquer.

3. Découvrez les ports non sécurisés

En analysant le réseau, les pirates peuvent découvrir des ports RDP ouverts qui n’ont pas été correctement sécurisés, ce qui leur permet d’accéder directement au serveur ou à l’ordinateur qu’ils ciblent.

4. Logiciels obsolètes

Les outils d’accès à distance obsolètes constituent une vulnérabilité importante car ils peuvent contenir des failles de sécurité non corrigées que les pirates peuvent exploiter.

Conseils pour prévenir les attaques du protocole de bureau à distance

Présentation symbolique d'un pirate informatique avec un code binaire

Les méthodes suivantes sont faciles à mettre en œuvre pour prévenir les attaques RDP.

1. Utiliser l’authentification multi-facteurs

Une solution d’authentification multifactorielle (MFA) peut aider à se protéger contre les attaques RDP en ajoutant une autre couche de sécurité au processus d’authentification.

L’authentification multifactorielle exige que les utilisateurs fournissent au moins deux méthodes d’authentification indépendantes, comme un mot de passe et un code à usage unique envoyé par SMS ou par e-mail. Il est donc beaucoup plus difficile pour les pirates d’accéder au système, car ils ont besoin des deux informations pour s’authentifier. Il suffit de se méfier des attaques par lassitude de l’AMF.

2. Mettre en œuvre l’authentification au niveau du réseau

L’implémentation de l’authentification au niveau du réseau (NLA) peut aider à prévenir les attaques RDP en exigeant que les utilisateurs s’authentifient avant d’accéder au système.

NLA authentifie l’utilisateur avant d’établir une session RDP. Si l’authentification échoue, la connexion est immédiatement interrompue. Cela permet de se protéger contre les attaques par force brute et d’autres types de comportement malveillant.

De plus, NLA exige que les utilisateurs se connectent en utilisant les protocoles TLS/SSL, ce qui augmente la sécurité du système.

3. Surveiller les journaux du serveur RDP

La surveillance des journaux du serveur RDP peut aider à prévenir les attaques RDP en fournissant un aperçu de toute activité suspecte qui pourrait se produire.

Par exemple, les administrateurs peuvent surveiller le nombre de tentatives de connexion qui ont échoué ou identifier les adresses IP qui ont été utilisées pour tenter d’accéder au serveur. Ils peuvent également examiner les journaux pour détecter tout processus de démarrage ou d’arrêt inattendu et toute activité utilisateur.

En surveillant ces journaux, les administrateurs peuvent détecter toute activité malveillante et prendre des mesures pour protéger le système avant qu’une attaque ne réussisse.

4. Implémenter une passerelle RDP

Le rôle d’une passerelle de bureau à distance (RDG) est de fournir un accès sécurisé à un réseau interne ou à des ressources d’entreprise. Cette passerelle agit comme un intermédiaire entre le réseau interne et tout utilisateur distant en authentifiant les utilisateurs et en chiffrant le trafic entre eux.

Cette couche de sécurité supplémentaire permet de protéger les données sensibles des attaquants potentiels, garantissant ainsi que les données restent sécurisées et inaccessibles à tout accès non autorisé.

5. Modifier le port RDP par défaut

Les cybercriminels peuvent rapidement découvrir les appareils connectés à Internet qui utilisent des ports RDP à l’aide d’un outil comme Shodan. Ils peuvent ensuite rechercher les ports RDP ouverts à l’aide de scanners de ports.

Par conséquent, modifier le port par défaut (3389) utilisé par le protocole de bureau à distance peut aider à prévenir les attaques RDP, car les pirates ne verraient pas votre port RDP.

Cependant, les pirates ciblent désormais aussi les ports non standard. Vous devez donc rechercher de manière proactive les attaques par force brute visant vos ports RDP.

6. Encouragez l’utilisation d’un réseau privé virtuel

Image d'un homme tenant un bouclier romain sur lequel est écrit VPN

Un réseau privé virtuel permet aux utilisateurs d’accéder à des ressources en toute sécurité et à distance, tout en protégeant leurs données contre les acteurs malveillants.

Un VPN peut aider à se protéger contre les attaques RDP en fournissant une connexion cryptée entre deux ordinateurs. Il garantit également que les utilisateurs ne se connectent pas directement au réseau de l’entreprise, éliminant ainsi le risque d’exécution de code à distance et d’autres attaques.

En outre, un VPN fournit une couche de sécurité supplémentaire, car le trafic est acheminé par un tunnel sécurisé qu’il est impossible aux pirates de pénétrer.

7. Activer les restrictions de contrôle d’accès basées sur les rôles

La mise en œuvre de restrictions de contrôle d’accès basé sur les rôles (RBAC) peut aider à minimiser les dommages que les attaquants peuvent causer après avoir obtenu l’accès au réseau en limitant l’accès des utilisateurs aux seules ressources dont ils ont besoin pour effectuer leurs tâches professionnelles.

Avec RBAC, les administrateurs système peuvent définir des rôles individuels et attribuer des privilèges en fonction de ces rôles. Ce faisant, les systèmes sont plus sûrs puisque les utilisateurs n’ont pas accès aux parties du système dont ils n’ont pas besoin.

8. Appliquer une politique de verrouillage des comptes

L’application d’une politique de verrouillage de compte peut aider à se protéger contre les attaques RDP en limitant le nombre de tentatives qu’un utilisateur peut faire avant que son compte ne soit verrouillé.

Une politique de verrouillage empêche les attaquants d’utiliser des méthodes de force brute pour essayer de deviner les mots de passe des utilisateurs et limite le nombre de tentatives infructueuses qui peuvent être faites avant que le compte ne soit verrouillé.

Cette couche de sécurité supplémentaire réduit considérablement les chances d’obtenir un accès non autorisé grâce à des mots de passe faibles et empêche les attaquants d’effectuer plusieurs tentatives de connexion en peu de temps.

9. Activez les mises à jour automatiques

La mise à jour régulière de votre système d’exploitation permet de s’assurer que toutes les vulnérabilités RDP connues ont été traitées et corrigées, limitant ainsi les chances d’exploitation par des acteurs malveillants.

Protégez votre connexion au protocole de bureau à distance

Bien qu’une attaque par le protocole de bureau à distance puisse être dévastatrice pour votre entreprise, il existe des mesures que vous pouvez prendre pour vous protéger. En suivant les conseils décrits dans cet article, il sera beaucoup plus difficile pour les pirates de cibler votre entreprise via le protocole RDP.