L’annonceur play-by-play des New York Yankees, Michael Kay, s’en est pris au manager Aaron Boone lors de la couverture d’après-match de YES pour le troisième match.

Michael Kay est un homme d’entreprise, comme il se doit en tant que présentateur officiel des Yankees sur YES. Lorsqu’il critique l’équipe, c’est généralement de manière modérée, et il ne s’attaque pas au cœur du problème.

Kay ne cite pas souvent de noms, et ne s’en prendrait sûrement pas au manager à moins que ce ne soit absolument justifié. Pourtant, Kay, comme la plupart des fans des Yankees, est au bout de sa laisse lorsqu’il s’agit des décisions de Boone.

New York ne s’est pas beaucoup battu en trois matchs contre la meilleure équipe de la Ligue américaine, les Astros de Houston. Le troisième match a été marqué par un autre choix curieux de Boone, qui a retiré son as Aaron Boone au profit de Lou Trivino.

Cole avait 95 lancers à ce moment-là, et est parti avec deux coureurs sur le terrain. Trivino a permis aux deux courses qu’il a héritées de marquer.

Yankees : Michael Kay s’en prend à Aaron Boone

Le vent est peut-être en train de tourner pour Boone, un manager qui a toujours eu le soutien du front office des Yankees et du manager général Brian Cashman. Et si vous ne pensez pas que le front office de New York a un certain contrôle sur ce que disent ses partenaires de diffusion, vous n’avez jamais travaillé dans la diffusion sportive au niveau local.

Lire  NFL Semaine 6 2022 : 3 équipes en alerte de surprise ce dimanche

Bien sûr, Michael Kay est autorisé à critiquer l’équipe, mais généralement pas à ce niveau. Boone a fait une erreur, et ça s’est retourné contre lui. Même Gerrit Cole a été surpris qu’il soit retiré du jeu.

Si Cole a été surpris, alors imaginez ce que les fans des Yankees ont ressenti.

New York ne peut pas se plaindre plus que ça des frasques de Boone dans le troisième match. Ils n’ont réussi qu’un seul coup dans les huit manches, et trois dans la nuit. Christian Javier les a encore dominés, et l’attaque est complètement désynchronisée.

En fin de compte, Kay est devenu une voix nationale, mais c’est lui qui connaît le mieux les Yankees. S’il s’en prend même à Boone, quelque chose ne va pas du tout avec les dirigeants de cette équipe.

Suivant : 3 Yankees les plus à blâmer pour le trou insurmontable 0-3 ALCS