Google fait maintenant l’objet d’une enquête dans un autre pays. Le gouvernement indonésien pourrait infliger une amende à la société s’il s’avère qu’elle a enfreint la législation antitrust avec son système de paiement par application.

La commission indonésienne de la concurrence (KPPU) a annoncé le début de l’enquête sur Google et son utilisation de services de paiement propriétaires pour le Play Store, Reuters a rapporté.

Le régulateur a accusé la société d’abuser « de sa position dominante, de ventes conditionnelles et de pratiques discriminatoires dans la distribution d’applications numériques en Indonésie ».

Selon la KPPU, Google contrôle 93 % du marché indonésien de la téléphonie mobile, ce qui indique directement sa position dominante.

Il faudra 60 jours pour mener l’enquête. Si le comportement de Google est reconnu comme anticoncurrentiel, il sera condamné à une amende maximale de 50 % de son bénéfice net réalisé pendant cette période.

Comment fonctionne la facturation de Google ?

  • La société prélève une commission de 30 % pour chaque transaction effectuée sur le Google Play Store, y compris les achats in-app.
  • L’année dernière, elle a également réduit les frais à 15%. pour les développeurs Android pour le premier million de dollars de revenus gagnés chaque année.
  • Google n’a fait que réduire la commission de 30 % à 15 % pour les applications par abonnement afin de « soutenir les besoins spécifiques » des développeurs de ce type d’applications.
  • Malgré ces changements, l’entreprise est toujours largement critiquée pour son modèle de facturation, tout comme son rival Apple.

La pression réglementaire augmente

  • L’Indonésie n’est pas le seul pays asiatique à enquêter sur les pratiques commerciales de Google. L’année dernière, la Corée du Sud a adopté la « loi anti-Google ». visant à mettre fin à la domination du marché par les détenteurs de plateformes.
  • Google a accepté d’autoriser les systèmes de paiement tiers dans le pays, mais a continué à facturer des frais, ne les réduisant que de 4 %.
  • L’entreprise a également subi des pressions en Europe. En juillet, le Parlement européen a adopté deux actesqui pourraient contraindre Google et Apple à autoriser les systèmes de paiement tiers et à laisser les utilisateurs télécharger des applications en dehors des magasins d’applications.
  • Comme l’a noté Reuters, Google a été condamné à une amende de plus de 8 milliards d’euros (7,99 milliards de dollars) par l’UE au cours de la dernière décennie dans le cadre de multiples affaires anticoncurrentielles.