The Witcher : Blood Origin est la deuxième série dérivée de Netflix se déroulant dans l’univers de The Witcher, après le film d’animation Le Cauchemar du Loup et deux saisons de la série phare. Située 1200 ans avant Geralt, Yennefer et Ciri, cette série limitée raconte l’histoire de la chute de l’Empire du Milieu. Empire d’Or des elfes et l’événement connu sous le nom de La Conjonction des Sphèresà la suite de laquelle les mondes des elfes, des hommes et des monstres sont entrés en collision sur le continent. La série de quatre épisodes met en vedette Sophia Brown dans le rôle de Eile, guerrier devenu musicien, Laurence O’Fuarain dans le rôle du protecteur juré Fjall, et l’incroyable Michelle Yeoh dans le rôle du maître d’épée Scian. La sortie est prévue pour le 25 décembre, jour de Noël, et les critiques ont déjà reçu des projections de la série et beaucoup d’entre eux ont déjà publié des critiques détaillées. Voici ce qu’ils ont à dire.


Critiques pour Origine du sang sont mélangés

image 4
The Witcher : Blood Originde la page de Rotten Tomatoes, au moment de la rédaction de cet article.

Il est devenu clair presque immédiatement après la levée de l’embargo sur les critiques que The Witcher : Blood Origin sera une entrée controversée dans la saga Netflix. Par rapport aux critiques de la série principale, qui étaient pour la plupart d’accord sur les points suivants The WitcherLes forces et les faiblesses de The Witcher, les critiques de Origine du sang sont partout.

Le résultat est que la série a un score relativement faible de 42% sur Rotten Tomatoes avec 12 critiques certifiées au moment de l’écriture. La série se porte un peu mieux sur Metacritic, où le score actuel est de 55/100, mais avec seulement 5 critiques répertoriées jusqu’à présent.

Chaque critique exprime ce qu’il considère être les forces et les faiblesses de la série. Nous allons les diviser en trois catégories : le bon, le mauvais et le laid.

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de se rappeler que, peu importe que les critiques aiment ou n’aiment pas quelque chose, il est toujours préférable de voir le produit de ses propres yeux et de se faire sa propre opinion le moment venu. En attendant, nous avons les impressions de personnes qui l’ont vu plus tôt.


Le bon

LARK 104 Unité 00263 RT

Comicbook.com – 4/5 : « Un préquel palpitant et sanglant qui vaut le coup d’œil.

« En fin de compte, vous découvrirez ce qui a jeté les bases des sorciers à venir, et Blood Origin montre à quel point le processus pour devenir un sorcier peut être angoissant. Le chagrin, le choc, la douleur et l’espoir sont tous liés à ce processus, et cela se traduit par un final à la fois palpitant et déchirant de manière inattendue. Dans cet équilibre, il capture un mélange qui a rendu tant d’autres histoires de Witcher si fascinantes, et bien que les effets semblent parfois avoir besoin d’un peu plus de temps pour cuire, les moments qui ressortent ne brisent jamais l’immersion.

« Il est également utile de savoir que lorsque les épées et les marteaux s’entrechoquent, l’action est absolument réussie. Le combat est viscéral et brutal, et chaque coup porté est lourd de sens. C’est devenu une marque de fabrique de la série principale Witcher, et c’est un plaisir de voir que cela se retrouve également dans Blood Origin. »

« Blood Origin avance à un rythme accéléré mais parvient à ne pas donner l’impression d’être précipité. Cela dit, on a l’impression que la série aurait pu ralentir un peu pour planer dans certains espaces temporels, ce qui aurait donné au talentueux casting plus de temps pour interagir et en dire plus sur leur histoire et leurs espoirs pour l’avenir. Ce n’est pas nécessaire, bien sûr, mais personnellement, cela aurait probablement été le mélange parfait pour moi, même si je ne peux pas contester le fait qu’en 4 épisodes, je n’ai jamais eu l’impression que la série traînait ou décompressait pour le plaisir, et à la fin, j’étais satisfait du point de départ, du voyage entre les deux et de la conclusion. The Witcher : Blood Origin accomplit son objectif de poser les bases d’un univers et de donner vie à une période de l’histoire des Witcher dont on parle beaucoup mais qui est rarement explorée, mais bien que l’événement soit le point central, ce sont les personnages et le peu de temps qu’ils passent ensemble qui me resteront le plus en mémoire, et je suis heureux d’avoir eu la chance de les suivre. »

LARK 102 Unité 00789 RT

But Why Tho – 8/10 : « Blood Origin’ étend magnifiquement les connaissances « .

La performance de Sophia Brown dans le rôle de l’alouette est fantastique, avec un casting de personnalités et de compétences. Elle est le catalyseur, le cœur, et capable de montrer le pouvoir de la violence contre les oppresseurs et l’importance de raconter des histoires. Le choix de faire en sorte que l’histoire de l’alouette mêle à parts égales la narration d’un barde et le combat d’un guerrier, sans pour autant occulter l’importance que ces deux éléments jouent dans sa vie, est ce qui la fait briller en tant que personnage.

Michelle Yeoh est une icône de l’action depuis des décennies. Sa présence est à la fois puissante et gracieuse, et elle domine toutes les séquences de combat auxquelles elle participe, de la meilleure façon qui soit. Qu’il s’agisse de son costume, de son rôle dans l’histoire ou de son habileté infaillible à l’épée, Yeoh est parfaite dans le rôle de Scian. De plus, Yeoh n’est que la partie émergée de l’iceberg d’action. Comme The Witcher, Blood Origins donne à ses séquences d’action de l’espace pour respirer, permettant au public de voir l’ensemble de la scène au lieu de faire des coupes rapprochées. Ce choix permet également à chacun de nos sept acteurs de montrer leur physicalité. Même si la première séquence de combat de Mills est hors champ, elle a droit à son dû dans les deux derniers épisodes. La fantaisie est bien sûr le point central de la série, mais l’action est sublime.

LARK 105 Unité 01717 RT

AIPT – 7.5 : « Une aventure passionnante d’épée et de sorcellerie ».

« La talentueuse Brown relève le défi d’être la figure de proue d’un mouvement. Elle remplit son personnage à parts égales de charisme et d’empathie, ce qui aide celle que l’on appelle « l’Alouette » à se connecter avec les masses et à les inspirer. Les autres membres du groupe des sept, Meldof (Francesca Mills) et Callan (Huw Novelli), sont presque aussi sympathiques. Il serait facile d’utiliser leur différence de taille notable comme source de comique, mais c’est leur badinage enjoué qui les rend si attachants. Mills et Novelli s’entendent à merveille, et leurs scènes sont si divertissantes qu’on aimerait que Callan ait un rôle plus important. De plus, bien que les autres membres du groupe aient leur rôle, ils sont toujours sous-développés. »

« Bien sûr, The Witcher : Blood Origin propose de nombreuses séquences d’action excitantes et brutales. Pour aider à distinguer chaque guerrier, ils ont leur propre arme. Cela permet d’insuffler un peu de fraîcheur dans la chorégraphie. Le maître d’épée de Michelle Yeoh, Scian, ne déçoit pas et elle est aussi gracieuse que mortelle. La conclusion a un caractère épique avec des combats qui se déroulent sur différents fronts. »

The Witcher S02E08 1080p WEBRip x265 RARBG mp4 snapshot 50 47 388

IGN – 7/10 : « Les Sept mercenaires arrivent sur le continent ».

« Les sept parias et leurs aventures respectives sont définitivement le point fort de Blood Origin et valent à eux seuls le coup d’œil. Chaque individu a sa propre histoire et sa propre personnalité. Si j’avais un reproche à faire au groupe, c’est que j’aurais aimé que l’on puisse passer plus de quatre épisodes avec eux. »

« Les deux premières entrées de la mini-série servent surtout à les réunir, Fjall de Laurence O’Fuarain et Éile de Sophia Brown agissant comme les leaders de facto du groupe. Michelle Yeoh apporte une touche de gravité bienvenue dans le rôle du maître d’épée elfe Scian. Yeoh poursuit son règne en tant que badass absolue dans tout ce qu’elle fait, alors qu’elle tranche et découpe son chemin à travers les vagues de soldats ennemis. Dans le style typique de Witcher, les scènes d’action sont un plaisir pour les yeux, avec des chorégraphies de combat stellaires et beaucoup de sang. »

« The Witcher : Blood Origin offre un regard plein d’action et mémorable sur la façon dont la Conjonction des sphères et la création du premier prototype du Witcher ont vu le jour. Bien que les méchants et les intrigues politiques entourant l’Empire d’Or soient moins intéressants, la série est soutenue par sa sympathique bande d’inadaptés qui parcourent le Continent en bottant des fesses partout où ils vont. Et bien que les effets spéciaux ne soient pas à la hauteur des séries fantastiques à gros budget plus récentes, l’utilisation exceptionnelle du paysage islandais comme toile de fond du Continent compense largement l’apparence moyenne des monstres. »

Lire  Le casting d'Avallac'h dans The Witcher : Blood Origin
image 1

Le Décideur: « Un rappel que la fantaisie a le droit d’être amusante »

« La courte durée de cette préquelle est regrettable car, malgré ces problèmes primordiaux, Origine du sang est une explosion. Voulez-vous voir TimeMichelle Yeoh, l’icône des années 2022, élimine à plusieurs reprises des bandes de méchants en utilisant des mouvements d’épée de mauvais goût ? Que diriez-vous d’assez de combats de portails pour faire un film d’action en direct ? Rick et Morty ça vous semble être une bonne idée ? Vous voulez voir les masses opprimées se soulever, alimentées uniquement par la vengeance et les chansons ? Bien sûr que tu veux tout ça. Toutes ces choses sont objectivement géniales, et la dernière est essentiellement l’intrigue de Les Misérables. Origine du sang tient toutes ces promesses et une douzaine d’autres moments de folie, surtout en ce qui concerne Jaskier (Joey Batey). Pourtant, lorsque vous connaissez tout le monde et que vous commencez à vous intéresser à la bande, tout est fini.

« Brown et Mills sont particulièrement remarquables. Éile, ancien guerrier et actuel barde errant, est un personnage qui court le risque d’être trop farfelu pour fonctionner. Mais comme les sorciers à louer ou les cabinets d’avocats et de détectives avant elle, elle est une juxtaposition qui s’intègre simplement dans cet univers où rien n’est ce qu’il semble être. Cela tient en grande partie à l’assurance du personnage de Brown. Il faut du talent pour rendre cool des ballades fantastiques entraînantes, et Brown a ce talent particulier. De même, Mills est une force en soi. Ses boutades et ses expressions sarcastiques sont au centre de certains des meilleurs moments de cette série étonnamment drôle. Pourtant, cette double joueuse est également responsable de la scène la plus déchirante de cette série ».

bo bts webm snapshot 02 07 452 2

Radio Times – 3/5 : « Des performances percutantes pour un préquel « .

« Bien qu’il se déroule 1200 ans avant The Witcher, Blood Origin nous apprend non seulement ce que ce monde a connu, mais aussi ce qu’il va devenir. L’humanisation d’Eredin, qui nous permet de comprendre comment il a pris le rôle de chef de la chasse sauvage, prouve que ces séries sont liées par leurs racines profondes.

« Cela, ainsi que l’introduction d’un personnage clé de The Witcher 3 : Wild Hunt, qui ne sera pas dévoilé ici, et leur découverte d’une manière très différente de voyager, est un tease plus juteux qu’un groat frit.

« The Witcher : Blood Origin souffre certainement de l’absence de l’ancrage musculaire d’un Henry Cavill, car son écriture n’est tout simplement pas assez forte pour le récit éclaté qu’il raconte. Cela dit, des interprètes percutants et mémorables comme Mirren Mack et Sophia Brown élèvent cette histoire d’origine à un niveau qui mérite encore d’être déballé le jour de Noël. »


Le mauvais

LARK 105 Unité 00253 RT

Digital Spy : « Un hybride étrange de la télévision et du cinéma qui ne parvient pas à émuler complètement les points forts de l’un ou l’autre ».

« Ce qui est différent dans tout ça, c’est la rapidité avec laquelle l’histoire se déroule. Netflix est notoirement mauvais quand il s’agit de rythme sur l’ensemble du tableau. The Witcher est coupable de cela aussi, donc la décision de couper Origine du sang en seulement quatre épisodes ressemble à une réfutation délibérée de cette idée. Et nous l’accueillons favorablement, mais avec quelques réserves.

En condensant l’arc principal de cette façon, Origine du sang évite un peu l’ennui qui peut souvent s’installer dans des séries similaires vers la moitié du parcours. Le problème, cependant, est que l’histoire est presque trop courte. Avec une durée aussi limitée, nous ne passons pas assez de temps à apprendre à connaître cette toute nouvelle équipe de personnages, et inévitablement certains d’entre eux sont laissés de côté. Mais quatre épisodes, c’est encore trop long pour saisir pleinement le rythme percutant et palpitant qu’un film pourrait donner. Nous nous retrouvons avec un étrange hybride de télévision et de film qui ne parvient pas à atteindre les sommets de l’un ou l’autre. »

LARK 102 Unité 04654 RT

The Verge : « The Witcher : Blood Origin n’est pas assez « sorcier » pour se démarquer ».

« Quelques personnages parviennent tout de même à se démarquer. Il est difficile de ne pas être attiré par un maître d’épée légendaire joué par Yeoh, et Mills est hilarant dans le rôle d’un guerrier au cœur brisé et à la bouche délicieusement infecte. Mais les autres personnages se confondent souvent. Pour ne rien arranger, il y a beaucoup de politique ici – ce qui est généralement un sujet de fond pour la série – qui occulte le drame plus humain (ou plutôt, elfique). Le résultat est une série qui ressemble plus à une leçon d’histoire qu’à une mini-série divertissante. C’est cool d’apprendre ces détails historiques sur l’origine des sorciers et des monstres, mais je pourrais aussi obtenir ces informations dans une entrée wiki. D’une certaine manière, la série rend même ennuyeuse la désormais indispensable scène du bain.

Il n’est pas impossible de faire un film intéressant Witcher sans Geralt ; nous l’avons déjà vu dans le cas de Le Cauchemar du Loup. Mais cette préquelle animée était toujours centrée sur les sorciers et avait un personnage, Vesemir, qui avait beaucoup de points communs avec Geralt. Origine du sangest trop éloigné de ce qui fait l’intérêt de la franchise et trop chargé pour qu’un seul personnage puisse le porter. »

LARK 101 Unité 03039 RT

Gram.pl : Traduit du polonais – « C’est une fantaisie générique qui n’a pas grand-chose à voir avec The Witcher lui-même ».

« Paradoxalement, The Witcher : Blood Origin aurait pu devenir un tournant pour toute la série, qui, à travers une histoire totalement inconnue, encouragerait même les fans orthodoxes à regarder d’autres productions Witcher. Le problème, c’est qu’il s’agit d’une série inutile et bâclée qui est liée à The Witcher principalement par son nom. »

« La série reproduit par inadvertance un grand nombre des problèmes que nous avons récemment constatés avec le programme d’Amazon. Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux du Pouvoir. En partant d’une histoire superficielle, inintéressante et générique, en passant par une multitude de personnages archétypaux, jusqu’à un monde qui, s’il peut captiver, même malgré des effets spéciaux médiocres au possible, semble aussi artificiel que les oreilles elfiques des personnages. « 

 » Les créateurs ont créé un monde fantastique douloureusement ordinaire, n’utilisant absolument pas le potentiel du motif, dans lequel les elfes, et non les hommes, sont les seigneurs du pays. Dès le premier épisode, nous visitons un village qui ressemble à de nombreux établissements humains que Geralt avait l’habitude de visiter. S’il n’y avait pas les oreilles pointues, il serait difficile de dire qu’il s’agit de personnages elfes qui n’ont rien d’autre pour prouver leur différence de race. Tant leur apparence que leur comportement rappellent davantage les monstres humains que le Rivian a arrêtés dans sa propre série que des elfes en chair et en os. »

LARK 105 Unité 01713 RT

Techradar – 2/5 : « Un raté frustrant et sans magie »

« Le deuxième spin-off de Witcher de Netflix est un raté fantastique à plusieurs niveaux et peine à ajouter quoi que ce soit de significatif à son univers plus large. Il y a quelques éléments magiques qui, avec une meilleure planification et exécution, auraient pu rendre le film agréable à regarder. Mais en l’état actuel des choses, Blood OriginLes problèmes de ce jeu sont bien trop importants pour qu’il vaille la peine d’y consacrer du temps. »

« Une série de ce genre a besoin d’un certain temps pour s’imprégner de ses personnages, de son cadre et des principaux fils de l’histoire avant de passer aux choses sérieuses, à savoir les séquences d’action violentes et amusantes (nous y reviendrons plus tard) et certains moments politiquement chargés et émotionnellement dramatiques. Mais Blood Origin donne toujours l’impression de se précipiter pour atteindre ces moments sans prendre en considération le voyage lui-même.

« Et c’est vraiment dommage. En tant qu’histoire qui comble d’énormes lacunes dans la série de livres Witcher d’Andrzej Sapkowski, elle mérite d’être racontée et d’étoffer l’univers fascinant de The Witcher. De même, les personnages principaux de la série – Éile (Sophia Brown), Fjall (Laurence O’Fuarain) et Scían (Michelle Yeoh) – sont suffisamment sympathiques et attachants pour susciter votre attention et votre sympathie pour leurs difficultés individuelles et collectives. Cependant, il est difficile de s’intéresser à eux lorsque leurs histoires sont réduites à des remarques en passant lors des conversations entre le trio. »

Lire  Début de l'écriture des saisons 4 et 5 de The Witcher

LARK 106 Unité 01447 copie RT

Gamesradar – 2/5 : « Bourré de potentiel et de talent gaspillés »

« Le prologue est tout ce que le récit qui suit n’est pas : mystérieux, faiblement anarchique, et ancré par un personnage en Jaskier qui déborde de magnétisme et de charisme – quelque chose dont Blood Origin a désespérément besoin. Ce qui suit est une série limitée plate qui vous fera vous interroger sur son existence même – y compris sur la façon dont elle améliore l’univers de The Witcher. « 

« Lorsque l’ensemble a finalement l’occasion de rebondir les uns sur les autres, il y a un soupçon de quelque chose de magique dans l’air. Mais dès que Blood Origin menace de prendre de l’élan, on lui coupe les jambes en passant à une intrigue interminablement ennuyeuse impliquant la princesse Merwyn (Mirren Mack). Dans cette intrigue laborieuse, la princesse est manipulée par le chef des sages Balor (Lenny Henry) et Eredin (Jacob Collins-Levy), qui ont chacun leurs propres secrets et motivations. Même le méchant pantomime merveilleusement campé par Henry sert à vous rappeler que le bien supérieur Rings of Power, dans lequel l’acteur est également apparu, existe.

« Le va-et-vient entre les deux histoires est enveloppé dans une structure qui a clairement été massacrée dans la cabine de montage. Origine du sangLe passage très public de six à quatre épisodes se reflète dans la précipitation de l’histoire. L’arc d’un personnage, par exemple, est ridiculement rapide : il est garde du corps royal, exilé, puis on lui demande de revenir – tout cela dans les 20 premières minutes.

« Cette approche rapide signifie que le pire dispositif d’intrigue de la série, son narrateur, doit recoller les morceaux de l’histoire. Des voix off maladroites et lourdes d’exposition, au lieu d’un travail sur les personnages et de dialogues riches, comblent les vides entre une collection de scènes en patchwork. En conséquence, les déclarations d’amour, les serments de sang et les trahisons ne sont pas mérités, car la série refuse de s’installer et se précipite sur les points de l’intrigue avant d’atteindre son acte final. »

LARK 102 Unité 00241 RT

Collisionneur – D+ : « Trop de nouveaux personnages, pas assez de temps »

« C’est dommage parce que lorsque la bande est enfin réunie, il y a du potentiel pour une grande camaraderie, mais la série choisit de se concentrer sur la romance entre Éile et Fjall plutôt que sur le parti dans son ensemble. Alors que les deux personnages agissent comme nos protagonistes et se voient attribuer un arc plus important, la trajectoire de leur relation n’atterrit pas. Le problème vient encore une fois de la courte durée de la série. Nous rencontrons d’abord Fjall en tant que protecteur de la princesse Merwyn (Mirren Mack) ; les deux ont une histoire d’amour interdite et lorsqu’elle est révélée, Fjall est rapidement chassé de son clan et de son poste. Il est sous-entendu qu’il se soucie de Merwyn, mais peu de temps après son bannissement, il rencontre Éile qui se produit en tant que barde appelée l’Alouette. Les deux ont immédiatement une chimie de poussée et de traction en tant qu’exilés de clans opposés en guerre. Tout le potentiel est là pour une grande histoire d’amour, mais la série doit jongler avec un changement politique dans le royaume tout en présentant d’autres personnages, sans oublier de poser les bases de l’éventuelle Conjonction des sphères. Les vides laissés dans l’intrigue sont comblés par leur romance, qui passe d’un regard nostalgique à des proclamations d’amour éternel si rapidement que c’en est troublant. »

« Malgré de grandes promesses, trop souvent Origine du sang glisse soit dans le camp complet, le dégoût, ou le mélodrame. Une partie de ce qui rend les séries fantastiques comme The Witcher L’excitation est un riche casting de personnages qui pourraient initialement correspondre à des archétypes de héros et de méchants, mais qui se révèlent en fait être des personnes complexes qui peuvent aller bien au-delà. Origine du sang tente de le faire, mais tombe à plat. Les méchants ont l’air d’avoir été conçus à moitié, ce qui donne l’impression que leurs objectifs ne sont que des obstacles dressés pour que les héros puissent les renverser. Même les chansons de l’alouette sont moins accrocheuses que celles de  » Toss a Coin to Your Witcher « , ses ballades servant davantage à compléter les explications qu’à divertir. En fin de compte, vous apprécierez Blood Origin dépendra de votre degré d’investissement dans The Witcher et à quel point vous êtes convaincu par les scénarios bâclés qu’il présente. »


The Ugly

LARK 104 Unité 00656 RT

Polygone : « Il n’y a pas de règles et très peu de Witcher dans cette mini-série ».

« L’art est par nature expérimental, et les expériences peuvent échouer. Mais Origine du sang fait un bruit retentissant, chaque écho de son impact étant plus déconcertant que le précédent. Cette série n’a pas à répondre à la question de savoir si The Witcher peut exister sans Henry Cavill – mais c’est un regard troublant sur ce que l’univers pourrait être sans une présence stabilisatrice comme la sienne. Cavill n’est pas la seule chose qui fait que la série The Witcher…certaines des choses les plus intéressantes de l’univers n’ont rien à voir avec lui. Mais il en est un élément déterminant, un fanboy constamment engagé qui trouve une telle profondeur dans un personnage qu’il serait si facile de rendre vraiment ennuyeux. En tant que personnage principal, c’est lui (ou les personnes qui s’intéressent à lui) qui donne le ton à la série, et le caractère poignant qu’il établit rayonne dans des histoires auxquelles il ne participe même pas.

« Origine du sang existe à l’opposé de cela : un monde sans caractéristiques fantastiques définies, un multivers que même Michelle Yeoh ne peut sauver. C’est un monde sans texture, peuplé d’archétypes génériques qui se battent pour aller du point A au point B parce que l’intrigue le veut. »

« Les problèmes sont plus profonds que l’absence d’une étoile pour enraciner le monde. The Witcher : Blood Origin est finalement victime du risque que court tout multivers (et il y en a beaucoup) lorsqu’il s’étend trop avidement, perdant ce qui le rend spécial. Origine du sang n’a pas le temps de s’interroger sur ce qui rend l’univers de Witcher unique ou significatif, ce qui n’est qu’une tentative confuse et irréfléchie de faire sortir plus de choses de Witcher. S’il y a de l’espoir pour The Witcher pour survivre à la perte d’une étoile et se construire dans un univers plus vaste, il va devoir présenter un meilleur dossier que celui-ci. « 

image 1

WinterIsComingD+: « The Witcher : Blood Origin est une série limitée chaotique et désordonnée qui ressemble à un coup monté ».

« L’autre partie du pourquoi Origine du sang est si amusant, c’est juste à quel point il est déséquilibré. Quand je dis Blood Origin est mauvais, je veux dire comiquement mauvais. Si 2022 a été une année remplie de séries fantastiques et de science-fiction à gros budget, The Witcher : Blood Origin est le Morbius de la récolte ».

« En cette ère de spectacles de prestige et de fantaisie, Origine du sang ressemble à une parenthèse chaotique qui s’est formée parce que Netflix voulait profiter de l’occasion. The Witcher nom. Cela peut paraître dur, mais c’est vraiment l’impression que j’ai eue. Lorsque le streamer a annoncé pour la première fois qu’ils allaient faire un spinoff en live-action se déroulant pendant la Conjonction des Sphères (ce qui, encore une fois, était une erreur), ma première pensée a été « Pourquoi ? Qui a demandé ça ? ».

« Le matériel source a été traité plus comme un obstacle que comme quelque chose à explorer. Il y a sont des éléments fascinants de la civilisation elfique antérieure à la Conjonction décrite dans les livres de Sapkowski, mais le spin-off les ignore pour raconter une histoire d’aventure de fantasy standard, avec quelques détails. Sept Samouraïs mélangé dans. The Witcher lore n’est pas du tout engagée avec beaucoup. « 

« Pour tout cela, c’est aussi amusant par moments, et il vaut mieux le regarder avec des amis et autant de boissons fortes que vous pouvez rassembler. Il est clair qu’il y avait une véritable passion derrière cette série, malgré le fait qu’elle ressemble aussi à un conte d’avertissement sur le fait de mettre la charrue avant les bœufs et de faire des spin-offs alors que la série principale est encore en train de trouver ses marques.

Si vous venez à Origine du sang J’espère une histoire captivante qui s’étend sur The Witcher d’une manière significative, vous serez cruellement déçu. Mais si vous êtes prêt à vous dissocier Blood Origin des livres, des jeux et de la série principale, alors cela peut aussi être un spectacle assez rauque. »

Lire  Le showrunner de The Witcher dévoile la date de sortie de la saison 3
LARK 105 Unité 01139 RT

The Escapist : « The Witcher : Blood Origin est un désordre sanglant »

« Origine du sang a été annoncée comme une mini-série de six épisodes. Elle a été scénarisée et tournée comme une mini-série de six épisodes. Cependant, elle a été publiée en tant que mini-série de quatre épisodes. En regardant les changements apportés au générique annoncé, il semble que les grandes modifications se situent au milieu, les quatre épisodes centraux étant condensés en deux. Selon la co-directrice Lauren Schmidt-Hissrich, les scènes supprimées étaient principalement « de belles scènes de gens autour de feux de camp et de ralentissement ».

« Bien sûr, il est important de souligner ici que Origine du sang n’était probablement pas un chef-d’œuvre secret avant que ces changements ne soient effectués. Après tout, le co-showrunner Declan de Barra a notamment travaillé comme scénariste sur Iron Fistet il y a suffisamment de preuves dans ce qui reste de ces quatre épisodes que Origine du sang a probablement toujours été maladroit

Ce genre de bricolage éditorial est évident. La série contient beaucoup d’ADR. Il y a une narration en voix off très pratique qui permet de déverser les informations et la motivation des personnages. De nombreux dialogues sont livrés sur des plans larges, dont certains sont entièrement réalisés par des images de synthèse. Même en tant que mécanisme de transmission de l’intrigue, Blood Origin est maladroit et inégal. Cette maladresse est à la fois distrayante et frustrante, car elle couvre de manière transparente un montage impitoyable.

Pourtant, même en admettant que les scènes centrées sur les personnages ont probablement été coupées parce qu’elles étaient légitimement terribles, leur absence nuit sérieusement à la qualité du film. Blood Origin. Il est difficile de s’intéresser à l’un des personnages de la série, ce qui est insensé si l’on considère que le troisième rôle principal de la série, Michelle Yeoh, est actuellement un favori pour l’Oscar de la meilleure actrice de cette année. »

Bien sûr, Origine du sang ne souffre pas seulement de ce qui a été enlevé. Il y a aussi le problème de ce qui a été laissé en place. Les scripts de Origine du sang sont un cocktail enivrant de références et d’allusions à la meilleure culture pop. Le premier épisode présente un riff fantastique sur la pièce la plus mémorable du film Le Parrain III. Citations de Meldof Le Terminator. La série affectionne tout particulièrement la construction du dialogue « [character] a été fait avec [thing]mais [thing] n’a pas été fait avec [character]. »

LARK 104 Unité 00480 RT

SerialOwa – 2/10 : Traduit du polonais – « The Witcher : Blood Origin traite les spectateurs comme de parfaits idiots ».

« The Witcher : Blood Origin ne respecte pas l’intelligence des spectateurs, et l’incohérence avec la saga est le moindre de ses problèmes. Les mauvais dialogues et l’intrigue fade sont des problèmes bien plus importants. »

« Une séquence d’événements nous montre comment la Conjonction des Sphères est survenue et ce que sont exactement les monolithes. Et il est impossible de se débarrasser de l’impression que la série a été créée principalement pour cette dernière raison. Les monolithes ont été inventés pour les besoins de Netflix. The WitcherL’explication de leur origine et de leur création scelle leur importance dans l’univers du Witcher. Le problème, cependant, est que l’histoire n’est ni intéressante, ni intrigante, ni sensée.

 » Pour éviter que le spectateur ne se perde dans les intrigues politiques (qui prétendent être compliquées, mais ne le sont pas) et dans les autres événements, qui sont littéralement un patchwork de scènes, on introduit un narrateur qui explique ce qui se passe. Seulement, au lieu d’aider, cela ne fait que renforcer l’impression que la série traite les téléspectateurs comme des idiots. On a l’impression que quelqu’un a écrit un brouillon du scénario puis a décidé qu’il ne voulait pas ajouter les scènes manquantes. À chaque fois, le narrateur résume ce que nous venons de voir ou d’entendre, comme si nous n’avions pas compris les dialogues des personnages, qui, d’ailleurs, laissent aussi à désirer. »

« Les personnages échangent des plaisanteries d’une phrase ou s’expliquent le monde entre eux. Le dialogue est terne et fade, accompagné d’un jeu d’acteur tout aussi terne. Bien qu’en regardant les noms de la distribution, il faut plutôt supposer que les acteurs n’avaient rien à jouer et que ces répliques ne pouvaient pas être mieux dites. »

LARK 101 Unité 01580 RT

NaEkraine : Traduit du polonais – « Une astuce bon marché pour attirer les fans de l’original ».

 » Les personnages eux-mêmes sont très ennuyeux. L’exception est, par exemple, le nain Meldof, mais c’est davantage grâce à Francesca Mills, qui parvient à tirer 200% de cette héroïne. Je suis surpris que les créateurs n’aient pas utilisé le talent de Michelle Yeoh. Le potentiel de ce personnage est énorme, mais complètement gâché – tant au niveau des scènes de combat que de la représentation de son personnage. »

« The Witcher : Blood Origin est une énorme déception à tous points de vue. Les fans de fantasy comme ceux de l’œuvre d’Andrzej Sapkowski seront mécontents. Même les téléspectateurs de la série The Witcher se frotteront les yeux en s’étonnant que la même équipe soit derrière cette série. Même l’apparition de Jaskier, qui est censé être un pont reliant le spin-off à la série principale, n’aide pas. »

« C’est une astuce bon marché pour attirer les fans de l’original vers la nouvelle production. Il me semble qu’il valait mieux suivre la voie de HBO, qui, insatisfaite de la qualité du pilote du spin-off de Game of Thrones, Bloodmoon, l’a simplement supprimé et enterré quelque part au fond des archives, afin qu’il ne voie jamais le jour et ne nuise pas à la franchise. Netflix en a décidé autrement. »

LARK 101 Unité 04770 RT

CBR : « The Witcher : The Witcher : Blood Origin : une histoire médiocre et un casting talentueux ».

« Dans le contexte de la conversation plus large entourant la série de Netflix The Witcherla série de préquelles ne va pas contribuer à améliorer la réputation actuelle de la franchise. Rien qu’au vu des prémisses, les fans inconditionnels de l’œuvre d’Andrzej Sapkowski ou des jeux vidéo de CD Projekt Red risquent d’être irrités parce qu’elle s’éloigne tellement du matériel source sans ajouter quoi que ce soit de vraiment excitant au riche mythos. Cette série n’attirera pas les personnes qui n’étaient pas déjà fans de l’univers fantastique de Netflix. Cependant, si l’on considère les mérites de cette mini-série, il est juste de dire que beaucoup d’éléments s’avéreraient difficiles à mettre en œuvre, même pour une série complète. Au lieu d’essayer de présenter aux téléspectateurs un monde aussi complexe, exotique et passionnant que son cadre promet de l’être, The Witcher : Blood Origin présente aux spectateurs un petit groupe de personnages elfiques avec des astuces parfois intéressantes, mais sans plus sous la surface. »

« Aucun des trois personnages, qui sont apparus de manière proéminente dans le matériel de marketing, n’a de véritable sens du développement. Ils changent parce que les personnages disent qu’ils ont changé, et leurs histoires sont racontées à travers un déluge de dialogues expositifs. En fait, l’un des quatre épisodes semble presque entièrement consacré à l’exposition, ce qui n’est pas de nature à inciter le public à s’intéresser aux nombreux personnages de la série, dont Éile, Fjall et Scían, peu importe le nombre d’histoires tristes qu’ils racontent sur leur passé.

« Les choses auraient pu être différentes si la série de quatre épisodes s’était concentrée plus intensément sur ces trois personnages, mais au lieu de cela, l’histoire tente de créer une fraternité entière semblable à Le Seigneur des Anneaux. Aucun des personnages de cette communauté n’est particulièrement mémorable, et la série peine à fournir au public une raison pour laquelle il existe une communauté entière en premier lieu. Le manque de développement des personnages se reflète dans les scènes d’action de complexité et de qualité limitées, ainsi que dans les dialogues simples de la série. »


The Witcher : Blood Origin sort sur Netflix le 25 décembre, nous pourrons donc très bientôt le regarder et nous faire notre propre opinion.