Suivant1 sur 5Prev post
Utilisez votre ← → (flèches) pour naviguer.

Superligues de football universitaire

1994. Stade Doak Campbell. Florida n°4 contre Florida State n°7. Spurrier contre Bowden. Le tumulte de plus de 80 000 fans en délire a laissé une empreinte indélébile au cours d’un quatrième quart-temps épique qui a fait de moi un fan de football universitaire pour de bon.

L’équipe de couverture d’ABC a préparé le terrain pour un environnement électrique en réalisant des interviews sur le campus des deux écoles avant le début du match. Les étudiants de la FSU ont avoué à la caméra la haine et le dégoût qu’ils ressentaient profondément pour leur école rivale. Et leurs sentiments étaient réciproques !

En tant qu’enfant de 11 ans, j’étais multitâche en regardant négligemment la Floride dominer 31-3 après trois quarts-temps. Puis la foudre a frappé pour l’équipe locale ! J’étais rivé, hypnotisé, à l’écran. Les supporters bruyants de la FSU ont fait des tomahawks avec joie et les Seminoles leur ont donné un spectacle, marquant 28 points sans réplique pour égaliser le match à 31 ! (Malheureusement, c’est ainsi que cela devait se terminer, car la NCAA n’a pas commencé à jouer les prolongations avant 1996).

Le Choke à Doak est un souvenir agréable de mon enfance et un exemple épique de la véritable brique et du mortier du football universitaire. Ces matchs sont la raison pour laquelle nous les regardons encore 30 ans plus tard. Un match de rivalité affirme effrontément que, quel que soit le nombre de victoires d’une école au cours d’une saison, le véritable succès s’obtient en battant un adversaire détesté.

Les puissants acteurs de l’industrie du football universitaire sont malheureusement en train d’abandonner un grand nombre de ces traditions importantes. La géographie n’est plus qu’une réflexion après coup ; le tout-puissant dollar de la télévision a parlé. Washington et l’Oregon seront très probablement éloignés de leurs fidèles rivaux locaux pour jouer dans une conférence avec UCLA et USC dont le siège se trouve à plus de 3 000 km de Los Angeles.

Nous avons déjà vu cette situation se produire. Il y a dix ans, les conférences se sont mélangées : le Texas A&M et le Missouri sont passés à la SEC, le Colorado et l’Utah au Pac-12, et le Nebraska a quitté le Big 12 pour des pâturages plus verts… euh, du papier.

Texas vs A&M, Le Lonestar Showdown, l’un des matchs les plus historiques du football universitaire, qui a été joué 118 fois, n’a pas eu lieu depuis. La bataille de Brazos, Texas A&M contre Baylor (joué pour la première fois en 1899 et joué 108 fois) n’a pas eu lieu depuis.

Les rivalités du Nebraska avec le Kansas, le Missouri et l’Iowa State, qui remontent à 1892 et 1896, n’ont pas été jouées depuis 2010. La Border War : Missouri vs Kansas, dont la première confrontation remonte à 1891, a été jouée 120 fois. Vous l’aurez deviné, ce match n’a pas eu lieu depuis que le Missouri a quitté la Big 12.

Même l’âpre guerre sainte entre l’Utah et BYU, qui a eu lieu pour la première fois en 1896, n’a curieusement pas été programmée pendant cinq saisons différentes depuis que les deux écoles se sont séparées du Mountain West.

George F. Will dans Le Washington Post a affirmé ce que nous, les fans, ressentons à propos du jeu des chaises musicales :

« Le nouveau paysage de l’industrie, jonché des ruines fumantes des traditions incendiées, a été produit par un raisonnement économique froid, comme il sied à la gestion industrielle. Lubrifié par un mépris insensible pour les rivalités historiques, cet arrangement devrait enfin faire taire la prétention de plus en plus ridicule que les principaux programmes de football universitaire sont autre chose que des mastodontes du divertissement. »

L’argent fait tourner le monde et le football universitaire est un marché de plusieurs millions de dollars. Will poursuit en indiquant qu’en 2020, l’employé public le mieux payé était soit un entraîneur de football ou de basket-ball de division I dans 40 des 50 États américains.

Lire  Pourquoi les Texas Rangers ont engagé Bruce Bochy comme manager

Les directeurs sportifs du pays font des déclarations banales sur les mesures de réalignement prises dans l’intérêt des étudiants-athlètes. Le résultat final, cependant, est une simple courbe d’offre et de demande. Dans les coulisses, ils se livrent à des manœuvres pour gonfler le compte en banque de leur département.

Un autre effet des méga-conférences de pouvoir, les nantis contre les démunis, sont les statistiques de la draft de la NFL.

« En 2019, selon les estimations de la NCAA, la NFL a repêché 11 % (197) des 1 769 joueurs éligibles issus des conférences Power Five (ACC, Big Ten, Big 12, Pac-12, SEC). »

C’est le plus grand facteur de destruction du football universitaire. Le réalignement dessine des lignes dans le sable, éloignant considérablement les membres du Power Five (autrefois le Power Six, et bientôt le Power Four) des autres écoles.

Pour les joueurs, leurs espoirs et leurs rêves de NFL (ahem, l’argent) sont en jeu. Pour les directeurs généraux, gagner plus d’argent promet un département robuste pour tous les sports. Et maintenant, avec les mastodontes du streaming intéressés par le football universitaire, les batailles d’enchères et les rumeurs de réalignement ne font que commencer.

Le réalignement des conférences de football universitaire brise le beau sport.

Le buzz actuel, malgré les déclarations sévères de déni du commissaire du Pac-12, George Kliavkoff, est que la Conférence des champions (fondée il y a plus d’un siècle) sera bientôt dissipée. Lors d’une récente interview sur HBO avec Bryant Gumbel, le commissaire du Big Ten, Kevin Warren, a laissé entendre que d’autres mouvements allaient avoir lieu.

« Gumbel : Vous êtes à 16 équipes maintenant. Pourriez-vous en prévoir 20 ?

Kevin Warren : Je pourrais. Oui. Je pouvais voir une croissance perpétuelle et future. »

Cette croissance perpétuelle pourrait éventuellement amener le Big Ten à 24 équipes, incitant la SEC à suivre le mouvement. Le Pac-12, en tant que cible d’expansion pour le Big Ten et le Big 12, est une cible facile (surtout sans les Ducks.) En reportage pour CBS Sports, Dennis Dodd a détaillé :

« La poursuite de la Big Ten pour quatre écoles du Pac-12 fait craindre qu’un autre cycle d’expansion ne fasse s’effondrer le Pac-12, selon des sources industrielles à CBS Sports…

Une offre jugée suffisamment importante convaincrait probablement les présidents du Big Ten que la Californie, l’Oregon, Stanford et Washington seraient des ajouts précieux à la ligue en provenance du Pac-12. »

Dodd explique que le fait qu’Amazon s’assoie à la table des négociations sur les droits médiatiques pour les droits médiatiques inférieurs des Big Ten pourrait être le catalyseur de la perte par la Pac-12 des quatre écoles du Nord-Ouest.

Lire  Pourquoi l'entraîneur des Astros porte-t-il des gants ?

Pendant ce temps, la rumeur veut que le Big 12 s’efforce d’attirer les écoles des quatre coins du pays. « Il est évident que j’aimerais aller à l’ouest pour entrer dans ce quatrième fuseau horaire », a répondu le nouveau commissaire Brett Yormark lors d’une conférence de presse tenue en septembre pour accueillir Cincinnati.

Pourtant, les initiés proches du Pac-12 insistent sur le fait que lorsque UCLA et USC partiront, les dix membres restants seront liés par un pacte étroit. C’est ce que dit John Canzano, chroniqueur du Pac-12 :

« L’Utah, le Colorado, l’Arizona et l’ASU n’iront nulle part dans ce cycle…

Au cours des derniers mois, j’ai parlé avec de nombreux officiels de haut niveau sur une variété de campus du Pac-12. Mes sources ne se sont jamais démenties. Elles insistent sur le fait que les 10 membres restants se serrent les coudes et je les crois. »

Traitez-moi de sceptique, mais je ne les crois absolument pas !

Bien sûr, il est dans l’intérêt des directeurs généraux et des autres responsables de la Pac-12 de présenter un front uni au public, du moins pour l’instant, jusqu’au moment précis où l’une des universités fera une autre annonce sismique et catalytique. Le Pac-12 et le Big 12 étant actuellement en période de négociation avec des partenaires télévisuels, la trajectoire des deux conférences est devenue une course à pied pour fixer le bon prix.

Bret Yormark a accéléré le processus et a devancé le Pac-12. Comme le rapporte le Sports Business Journal, il vient de prolonger de six ans les droits médiatiques de la Big 12 dans le cadre d’un nouvel accord qui rapportera aux écoles membres près de 50 millions de dollars par an.

« En concluant ces accords avant la fenêtre de négociation exclusive avec ESPN et Fox, le Big 12 a réussi à atteindre plusieurs de ses objectifs principaux, à savoir la stabilité et la sécurité, la capacité de retourner vers ses 12 écoles membres pour demander une prolongation des droits et une avance sur toute expansion future de la conférence. »

Les projections de ce que la Pac-12 va rapporter sont considérablement plus basses que ce que Yormark a obtenu. Et pourtant, dans une sorte de match d’entraînement, l’initié Canzano rapporte que la Pac-12 signera bientôt un accord qui comprendra également une expansion.

« Ma date cible pour des nouvelles sur [the Pac-12 signing a new media rights contract is] quelque part entre Halloween et Thanksgiving. Je pense que les dix membres restants de la conférence vont tous signer. Ils semblent galvanisés sur ce front. Au-delà de cela, l’expansion de la conférence se profile. Je m’attends à ce que le Pac-12 ajoute au moins un membre, [San Diego St.] »

Et du côté de l’ACC, que prévoient les écoles membres pour l’avenir imminent de leur conférence ? Actuellement à l’abri du pillage en raison de la date d’expiration des droits médiatiques en 2036, des signes montrent que l’existence à long terme de la ligue pourrait également être en péril, selon Andrew Carter de The News &amp ; Observer:

« Dans l’ACC, Duke, North Carolina, NC State et Wake Forest sont tous en train de naviguer dans une longue transition entre leurs racines centrées sur le basket-ball et l’avenir, et la réalité que le sport qui a construit l’ACC n’a peut-être jamais eu moins d’importance pour ses résultats. »

Au moins pour la Caroline du Nord, la navigation se fait dans une voie proactive. Carter de The News &amp ; Observera découvert, grâce à une demande d’accès aux documents publics, un échange de textos entre le directeur administratif de l’UNC, Bubba Cunningham, et le président de l’université le 30 juin, le jour où le Big Ten a annoncé la non-migration de l’UCLA et de l’USC. Les textes révèlent que Cunningham avait déjà été conseillé ce jour-là par téléphone avec un leader extrêmement influent dans le football universitaire.

Lire  Yankees contre Guardians : NYY a l'occasion de mettre le clou dans le cercueil après le déplacement du match.

Jim Delany, ancien commissaire du Big Ten depuis 31 ans, est diplômé de Caroline du Nord. Il s’est empressé de répondre à l’appel à l’aide et de donner des conseils à son alma mater pour qu’il élabore une stratégie après cette nouvelle bouleversante. Traduction ? La Caroline du Nord, membre de l’AAU, trouvera probablement sa place dans le Big Ten lorsque le contrat média actuel de l’ACC expirera.

À ce stade, quelqu’un serait-il surpris si même la SEC décidait de s’étendre à l’océan Pacifique ? Tout bien considéré, à quel point cela dépasse-t-il les limites de l’imagination ?

Le chaos des sources, des déclarations et des rumeurs m’amène à demander : et si ?

Et si les traditions et les rivalités régionales étaient encore honorées ? Et si les frontières géographiques comptaient encore dans la construction des conférences ? Et si la NCAA était un organe directeur ayant le pouvoir de réglementer le réalignement au lieu d’être l’otage de Disney/ESPN et d’autres médias à gros budget ?

En réfléchissant à ce que le football universitaire pourrait être structurellement si la logique et l’ordre étaient rétablis, j’ai créé mes propres super ligues hypothétiques. Peut-être en m’inspirant des parenthèses de March Madness, mon modèle divise la nation en quatre régions selon des frontières régionales strictes, en utilisant des repères géographiques.

Avec l’ajout récemment annoncé de Kennesaw State, le nombre d’équipes FBS sera de 134 à partir de 2024. J’ai divisé ces écoles en deux régions de 33 et deux régions de 34 écoles.

J’ai organisé chaque région en trois niveaux, en suivant le modèle des ligues sportives professionnelles européennes qui utilisent la promotion et la relégation. Dans un esprit d’équité, chaque école devrait mériter sa place au sommet du football universitaire, non pas par sa réputation ou son argent, mais par ses performances sur le terrain !

Gagner la conférence de niveau I pour jouer pour le championnat national. Gagner la conférence de niveau II pour être promu au niveau I, en remplaçant l’équipe ayant le plus mauvais bilan de la saison. (Et oui, disqualifiant ladite école de la compétition pour le championnat national la saison suivante).

Sans plus attendre, voici les quatre super ligues que nous, les fans de football universitaire, méritons.

Note : Le nombre entre parenthèses à côté de chaque école est le nombre de victoires de l’équipe au cours des quatre dernières saisons. C’est le principal critère que j’ai utilisé pour déterminer le classement, en plus de la force du calendrier. Le deuxième chiffre à côté de chacune de ces écoles est le nombre de victoires sur les deux dernières saisons.

Suivant : La Ligue du Sud-Est
Suivant1 sur 5Prev post
Utilisez votre ← → (flèches) pour naviguer.