C.J. Stroud (Ohio State) reste le leader, mais Hendon Hooker (Tennessee) continue d’être un candidat convaincant pour le trophée Heisman.

Quelles étaient les conversations lorsqu’ils ont déposé le scénario sur le bureau du commissaire de la SEC, Greg Sankey ? Était-il trop tôt pour une suite ? Est-ce que quelqu’un allait le remarquer, ou même s’en soucier ? Après tout, il ne s’agissait que de recycler une histoire avec un grand méchant familier.

Considérez Sankey comme la version football universitaire de Kevin Feige, car comme le président de Marvel Studios, il a agrandi le SECU et a une autre star en devenir au centre de tout ça.

Le Tennessee et Hendon Hooker ont vaincu Alabama – la version de Thanos dans ce sport – et si la course au trophée Heisman a toujours pour leader C.J. Stroud de l’Ohio State, il y a plus que quelques graines de l’intrigue que nous avons vue se dérouler avec Joe Burrow de LSU en 2019.

Il y a la toile de fond d’un transfert qui en est à sa deuxième saison dans un programme – Burrow a débuté à Ohio State ; Hooker vient de Virginia Tech – et chacun d’entre eux a commencé cette année-là profondément dans la liste des candidats au Heisman, derrière un passeur qui sortait d’un top 3 (Tua Tagovailoa du Crimson Tide en 2019, Stroud cette année). Hooker est entré dans la semaine 1 à +5000, comme Burrow, qui était à +4000 il y a trois ans, mais à mi-chemin de sa saison gagnante, Burrow était passé à la troisième place. C’est la même place qu’occupait Hooker après la semaine 6.

Puis vint le Crimson Tide.

Burrow les a éliminés le 9 novembre et a pris la tête de la course au Heisman, sans jamais regarder en arrière sur le chemin des Tigers vers une saison sans défaite et une victoire écrasante, avec la plus grande marge de victoire de l’histoire.

Hooker a aussi cette victoire, lançant 385 yards et cinq touchdowns – deux de plus que Burrow dans ce match – pour battre Alabama 52-49 samedi dernier, et dans le processus, il a rejoint Burrow comme l’un des trois seuls quarterbacks depuis 2015 à mener une attaque à 28 points ou plus en première mi-temps contre le Crimson Tide.

Hooker, cependant, n’a pas cette avance Heisman après avoir battu Alabama.

Stroud est le problème dans cette histoire. Selon Bet MGM, le quarterback des Buckeyes reste le leader incontesté à -110, mais Hooker a été catapulté en deuxième position à +600. C’est la même place que Burrow occupait à ce stade de la saison, c’est-à-dire avant l’affrontement avec Tagovailoa, le favori à -160. Contrairement à Burrow, Hooker n’a pas la possibilité de dépasser le premier prétendant sur le terrain, mais il est bon de noter que Tagovailoa n’a pas fini avec le trophée malgré la troisième meilleure cote depuis 2012 à la semaine 8. Le prochain sur cette liste ? Stroud à -155.

Mais au lieu de battre le leader de la course au trophée en tête à tête comme Burrow l’a fait dans le deuxième acte de son histoire, Hooker devra peut-être s’appuyer sur un CV qui pourrait être bien supérieur.

Lire  Le front office des Brewers subit des changements majeurs avant l'intersaison 2022.

Le Tennessee affronte la Géorgie (n° 1) le 5 novembre à Athènes, après le Kentucky (n° 19) le 29 octobre (sans manquer de respect à l’adversaire de cette semaine, l’UT Martin, qui connaît sa place dans cette hiérarchie). Alors que Stroud doit encore affronter le 16e Penn State (29 octobre) et le 4e Michigan (26 novembre), Hooker pourrait se targuer de six victoires dans le Top 25 – dont le champion national en titre (les Bulldogs) et une autre équipe du College Football Playoff (Alabama) – contre trois pour Stroud, grâce aux Wolverines. De plus, si le Tennessee participe au championnat de la SEC, il est pratiquement assuré d’avoir un autre adversaire classé, et il y en a actuellement un en face de l’Ohio State dans la Big Ten (Illinois, 18e).

Il ne s’agit pas d’un compte-rendu détaillé de Burrow et de LSU 2019 – ils n’insultent pas notre intelligence ici, les amis. Mais les fils sont là, à la tête d’offensives explosives qui renversent les choses dans la SEC et éliminent le programme juggernaut de l’Ouest dans le processus. Hooker a de bonnes chances de suivre les traces de Burrow, ou au moins de tester l’avance que Stroud a prise.

Avant d’examiner les joueurs qui montent et descendent dans cette course, voici comment se présente le bulletin de vote virtuel de cet électeur après sept semaines.

1. C.J. Stroud, Ohio State
2. Hendon Hooker, Tennessee
3. Caleb Williams, USC

Surveillance des actions Heisman : Quels sont les candidats qui montent et ceux qui descendent ?

ACHETER : Max Duggan, TCU

Il collectionne les espoirs de Heisman du Big 12 comme s’il s’agissait de trophées à part entière. En l’espace de trois semaines, Max Duggan a alimenté une attaque qui a éliminé l’Oklahoma n°18 et Dillon Gabriel – qui, pour être honnête, a été sorti au deuxième quart-temps avec une commotion – le Kansas n°19 et Jalon Daniels, et le week-end dernier, Spencer Sanders et l’Oklahoma State, huitième du classement.

Aujourd’hui, le quarterback des Horned Frogs a l’occasion d’affronter un autre prétendant à la victoire dans la conférence en recevant le Kansas State n°17 et Adrian Martinez. Mais combien de temps encore avant qu’il ne prenne un réel élan ? Duggan, qui est sixième au niveau national avec un taux d’efficacité de 179,91, 11e parmi les joueurs du Power 5 en termes d’attaque totale (308,7 yards par match) et seul joueur de ces conférences à avoir réalisé 14 passes de touchdown ou plus et à n’avoir lancé qu’une seule interception, est passé d’un statut d’outsider cet été à une cote de +5000 (à égalité avec le 12e). Celles-ci ont toutefois été statiques ces deux dernières semaines. S’il met à terre Martinez, cela sera-t-il suffisant ?

Avec encore un seul adversaire classé (le Texas n°20 le 12 novembre), Duggan, à la tête d’une équipe invaincue avec la troisième attaque du pays en termes de score (45,8) et de yards (526,7 par), est en train de devenir le joueur dont on ne parle pas assez.

VENDRE : Bryce Young, Alabama

Il était presque évident, après que Bryce Young se soit retiré contre le Texas A&M, qu’il ne répéterait pas l’expérience cette saison, et cela s’est confirmé lorsqu’il a été battu par Hooker à Knoxville. Maintenant, la question est de savoir comment Young finira dans les votes.

Lire  Antonio Brown doit une somme absurde au conducteur d'un camion de déménagement pour une attaque présumée.

L’Ouest de la SEC est toujours en jeu pour le Crimson Tide, qui accueille Mississippi State (24e), puis LSU et Ole Miss (7e), le leader de la division, au cours des trois prochains matchs. Si Young peut amener l’Alabama à Atlanta pour le SEC Championship Game et maintenir ses espoirs de playoffs avec lui au centre de tout, il restera un facteur.

Mais son adversaire est le running back Jahmyr Gibbs, qui a réalisé une autre bonne performance contre les Volunteers avec 151 yards au total – dont 103 au sol – et trois touchdowns. La cote de Gibbs est passée de +3000 à +2500 la semaine dernière, ce qui le place juste derrière Young (+1800 sur le tableau). Le défenseur Will Anderson est en baisse (+10000 après avoir été à +5000 il y a une semaine), mais Young continue d’avoir un autre candidat viable dans son équipe.

Depuis 1979, neuf des 11 vainqueurs de retour ont réussi à passer la saison en bonne santé et un seul a terminé plus bas que la cinquième place (Jameis Winston, qui était sixième en 2014). À moins que l’Alabama ne connaisse une baisse de régime en deuxième partie de saison, il est difficile de voir Young tomber au niveau de Winston ou en dessous.

ACHAT : D.J. Uiagalelei, Clemson

Deux choses ressortent du revirement de D.J. Uiagalelei.

La première est sa capacité à éviter les erreurs. Au cours de sa deuxième saison, il a lancé plus d’interceptions que de touchdowns, mais après sept matchs, il a marqué 17 fois pour seulement deux interceptions. L’autre élément clé entrera en jeu samedi contre Syracuse (14e).

Les Orange se rendent au Memorial Stadium avec la huitième défense du pays (268,8 yards par match) et se sont montrés tout aussi efficaces pour arrêter la course (11e avec 95 yards par match) et la passe (12e avec 173,8). Uiagalelei, cependant, s’avère difficile à arrêter en raison de ce qu’il est capable de faire dans les airs (1 665 yards) et au sol, où il a couru pour 337 yards et quatre scores, dépassant déjà la production de l’année dernière.

Il faut s’attendre à ce que Uiagalelei poursuive sur sa lancée dans un calendrier qui s’ouvre, les Tigers n’ayant pas à affronter un autre adversaire classé avant le match du titre de l’ACC. Si la saison devait se terminer aujourd’hui, ils affronteraient la Caroline du Nord (22e), qui s’empare de la Coastal Division.

VENDRE : Caleb Williams, USC

La plus grande performance de Caleb Williams à USC n’a pas été suffisante contre Utah, car il a lancé pour des records de saison en yards (381) et touchdowns (cinq) dans la première défaite des Trojans.

L’USC et lui sont en congé cette semaine avant de se rendre en Arizona le 29 octobre, et si Williams est toujours un prétendant – il figure toujours sur le bulletin de vote virtuel susmentionné de cet électeur et les dernières cotes le placent en troisième position à +700 – son premier revers n’aurait pas pu survenir à un pire moment.

Lire  Max Scherzer est entré dans l'histoire de la pire manière qui soit lors du premier match.

Hooker devrait poursuivre sur sa lancée en tant que principal challenger de Stroud, tandis que l’USC n’affrontera pas d’autre adversaire classé avant le 19 novembre contre UCLA (9e). Les Trojans ont glissé à la troisième place de la hiérarchie du Pac-12, derrière les Bruins et l’Oregon (10e).

BUY : Dorian Thompson-Robinson, UCLA

En parlant de la hiérarchie du Pac-12, Dorian Thompson-Robinson affiche des chiffres impressionnants, se classant deuxième de la FBS avec un pourcentage d’achèvement de 74,8 et cinquième en termes d’efficacité (180,59) pour 1 510 yards, 15 touchdowns et deux picks. Il a maintenant l’occasion de créer un véritable débat sur l’identité du meilleur candidat de la conférence.

Il s’est déjà illustré lors de deux victoires consécutives sur des adversaires classés – lançant 315 yards et trois touchdowns contre Washington (18e) et 299 yards et quatre touchdowns contre l’Utah (11e) – et Thompson-Robinson et les Bruins, classés neuvièmes, en auront une autre contre l’Oregon (10e) samedi.

UCLA n’a pas battu trois adversaires consécutifs du Top 25 depuis 2001, et la dernière fois qu’il a battu une équipe du Top 10 sur la route remonte à 2010. Mettez fin à ces distinctions et Thompson-Robinson aura l’un des meilleurs CV de tous les participants à cette course.

VENDRE : Will Anderson Jr, Alabama

Sans vouloir en rajouter quand il s’agit de l’Alabama, s’il y avait une chance qu’un joueur défensif fasse le voyage à New York pour la cérémonie, le linebacker Will Anderson Jr. était le choix facile.

Le All-American était cinquième il y a un an, obtenant le troisième plus grand nombre de votes de première place, et Aidan Hutchinson du Michigan terminant deuxième a montré qu’il y a un appétit pour mettre un défenseur transcendant sur les bulletins de vote.

Mais Anderson n’a pas été à la hauteur de son propre engouement après avoir totalisé 91 plaquages (52 solos) et 15,5 sacks la saison dernière lorsque les votes étaient attendus. Il aborde la rencontre de samedi contre Mississippi State avec 32 plaquages et cinq sacks et il est en passe de réaliser 63 plaquages et neuf sacks. Bien que tout ne repose pas sur Anderson, il est la tête d’affiche d’une défense qui vient d’encaisser 567 yards et 52 points contre le Tennessee, le plus grand nombre de points encaissés par le Crimson Tide depuis 1907.

Suivant : Drapeaux rouges : 5 équipes de CFB en alerte de bouleversement dans la semaine 8

Pour plus d’informations sur le football universitaire, d’analyses, d’opinions et de reportages uniques de FanSided, y compris le Trophée Heisman et les classements du College Football Playoff, n’oubliez pas d’ajouter ces pages à vos favoris.