Alphabet, la société mère de Google, licencie 12 000 personnes dans le monde entier.

Que s’est-il passé ?

Sundar Pichai, PDG de Google et d’Alphabet, a partagé la nouvelle dans un billet de blog, se disant « profondément désolé » d’avoir pris la décision de supprimer 12 000 emplois. Cela représente environ 6 % de l’effectif total de l’entreprise.

« Le fait que ces changements auront un impact sur la vie des Googlers me pèse lourdement, et j’assume l’entière responsabilité des décisions qui nous ont conduits ici », a-t-il déclaré.

Les licenciements touchent différentes divisions, domaines de produits, fonctions, niveaux et régions d’Alphabet.

Tous les employés américains recevront leur salaire pendant 16 semaines, plus deux semaines pour chaque année supplémentaire chez Google. Alphabet paiera également tous les bonus de 2022 et les congés restants, et offrira six mois de soins de santé.

Pourquoi Google supprime-t-il des emplois ?

En ce qui concerne les raisons de cette décision, M. Pichari note que Google a augmenté ses embauches pendant la pandémie, lorsque l’entreprise a connu une période de croissance spectaculaire. Cependant, la réalité économique a radicalement changé au cours des deux dernières années.

« Je suis confiant quant à l’énorme opportunité qui se présente à nous grâce à la force de notre mission, à la valeur de nos produits et services, et à nos investissements précoces dans l’IA », a déclaré Pichari dans un communiqué. « Pour la saisir pleinement, nous devrons faire des choix difficiles. Nous avons donc entrepris un examen rigoureux dans tous les domaines de produits et les fonctions pour nous assurer que notre personnel et nos rôles sont alignés sur nos plus grandes priorités en tant qu’entreprise. »

Google va maintenant devoir réduire ses coûts et investir davantage dans l’IA et d’autres domaines de croissance.

Lire  Quand Virat Kohli est revenu pour un match peu après la mort de son père

Alphabet rejoint d’autres géants de la technologie qui ont procédé à des licenciements en prévision d’une récession mondiale et d’autres problèmes macroéconomiques. Plus tôt cette semaine, Microsoft a annoncé sa décision de supprimer 10 000 emplois, soit 5 % de son effectif total. Amazon a récemment supprimé 18 000 postes, sans parler des séries de licenciements chez Oracle, Twitter, Snap et Meta.


Vous avez une histoire que vous aimeriez partager ? Contactez-nous à [email protected]