Une photo de Téléphone Bhoot bande-annonce. (courtesy : aExcel Movies)

Cast : Katrina Kaif, Ishaan Khatter, Siddhant Chaturvedi

Réalisateur : Gurmmeet Singh

Évaluation : 2,5 étoiles (sur 5)

Il est farfelu, sauvage et étrange d’une manière qui demande beaucoup d’efforts pour s’y habituer. Dès la séquence d’ouverture, Phone Bhoot est une sorte de maelström. Que vous puissiez vous identifier et apprécier la comédie d’horreur excentrique de Phone Bhoot dépendra uniquement de votre goût pour le bizarre. Si c’est le cas, le film produit par Excel Entertainment vous offre une gamme complète d’incitations. Il ne s’arrête devant rien dans sa quête de tout ce qui est étrange et bizarre dans l’occulte.

Phone Bhootréalisé par Gurmmeet Singh (qui a notamment réalisé Mirzapur et quelques épisodes de Inside Edgeen plus de films tels que Ce que le poisson et Sharafat Gayi Tel Lene) fait un tir calculé sur Bhool Bhulaiya-… comme une fantaisie. Les résultats sont inégaux mais pas totalement inutiles.

Les réalisateurs du film pensent que Phone Bhoot représente une idée qui peut être exploitée au-delà de la limite d’un seul film. Un sutradhar spectral qui présente un récit en voix off au début, au milieu et à la fin du film indique qu’une suite est envisageable. Sommes-nous excités à ce stade ? On n’en est pas tout à fait sûr.

Les envolées fantaisistes du film n’atterrissent pas toujours sur le bon tarmac, mais il réussit à assembler un tas de gags qui, considérés ensemble, procurent de l’hilarité, de la folie, et beaucoup de moments maniaques menés par un casting en parfaite synchronisation avec l’esprit déjanté du film.

Lire  Liste des web-séries à venir sur Amazon Prime Video

Une âme errante, Ragini (Katrina Kaif), aussi séduisante que l’enfer, refait surface à l’improviste et vend une idée d’entreprise à deux autoproclamés maladroits. bhoot-Sherdil Shergill  » Major  » (Siddhant Chaturvedi) et Galileo Parthasarathy  » Gullu  » (Ishaan Khattar). Les deux garçons, l’un originaire du Punjab, l’autre du Tamil Nadu, ont grandi obsédés par les fantômes et les goules et se sont inévitablement retrouvés.

Les deux sont en conflit avec des personnes réelles, en particulier le papa de Major et l’appa de Gullu. Le premier veut que son fils s’engage dans l’armée, le second espère que son fils deviendra un jour un scientifique. Cependant, dans la seule scène où les deux pères (Manu Rishi Chadda et Kedar Shankar) apparaissent, ils ne cachent pas qu’ils ont pratiquement abandonné leurs garçons.

Il s’avère que l’âme itinérante qui a fait son chemin dans leur vie a un plan bien plus grand que ce que le duo de vagabonds peut comprendre au départ. Lorsqu’ils comprennent dans quoi ils sont entraînés, ils sont d’abord déconcertés, puis choisissent de continuer à jouer le jeu, quel qu’en soit le prix. Ils n’ont rien à perdre, sauf leur dégoût de soi et les railleries décourageantes du monde.

Ils se retrouvent bon gré mal gré sur une trajectoire de collision avec le maléfique « attrapeur d’âmes » Atmaram (Jackie Shroff), dont le pouvoir provient d’un bâton qui est à la fois une arme et un piège pour les morts qui cherchent le salut. Sa fortune connaît une forte baisse lorsque les deux garçons maladroits lui offrent, sans le savoir, une rude concurrence dans le domaine de la libération des âmes qui errent dans le monde des mortels.

Lire  Saakini Dhaakini Digital Rights OTT Release Date Movie Link

L’une de ces âmes est Chikni Chudail, interprétée par Sheeba Chaddha, dont le personnage est bien loin de celui qu’elle endosse habituellement avec élan dans les drames familiaux. La farce qui se transforme rapidement en comédie débridée n’est pas son fort. Pourtant, lorsqu’elle a des répliques à donner, non seulement elle ne les gâche pas, mais elle les possède avec abandon et ajoute au quotient d’étrangeté du film qui augmente rapidement.

Parties de Phone Bhoot composent les bons numéros, d’autres ne se connectent tout simplement pas. Malgré le fait qu’il s’agisse d’une affaire à succès, le film s’engage sans hésiter sur la voie de l’absurdité délirante, alors que les honnêtes chasseurs de fantômes se heurtent à des forces pernicieuses qui cherchent à les dompter et à les mettre hors circuit.

Phone Bhoot incorpore de nombreux clins d’œil au cinéma populaire hindi des années 1980 et suivantes, le plus notable étant celui qui fait allusion au début de la carrière de Jackie Shroff. Le personnage volubile que le vétéran de Bollywood incarne se tourne vers ses jeunes adversaires et se moque d’eux : « Asli hero idhar khada haidepuis 1983. » Il commence à jouer un air du premier film de l’acteur, Subhash Ghai’s Herosur une flûte.

Rien ne rappelle plus instantanément le passé de Bollywood que l’antre du méchant dans lequel se joue l’apothéose, sans retenue. Shroff se délecte des excès auxquels il est autorisé à se livrer librement. Ses coéquipiers sont en phase avec lui, Atmaram essayant d’empêcher la combinaison lassi-café noir du Major et de Gullu de trouver un moyen de le renverser.

Lire  Dune : Spice Wars, développeur de Shiro Games, lève 50 millions d'euros pour créer de nouveaux jeux et publier des titres tiers.

La ravissante Ragini n’est pas le seul fantôme du côté du Major et de Gullu. Ils ont leur propre fantôme gardien, Raka (Surendra Thakur), qui occupe une place centrale dans leur maison dominée par des posters de films titrés. Cheekhti Deewar et Bandh Darwaza. Juste le cadre qu’un bhatakti aatma n’aurait pas besoin d’invitation pour flotter dedans.

Katrina Kaif flotte littéralement dans le film jusqu’à ce que son histoire, racontée en détail par Ragini elle-même dans la seconde moitié, la transforme en personnage central, une femme morte avec une vraie mission. Siddhant Chaturvedi, qui joue le rôle du major effronté et rapide, fait l’affaire. Mais l’acteur qui remporte le film, et ce sans effort, est Ishaan Khattar. Dans le rôle de l’intello Gullu, il apporte à la fois du charme et de l’audace à sa performance.

Cabine téléphonique n'est pas un événement bouleversant pour le genre, mais il donne l'impression d'une fête de chapeliers fous où tout est permis. Il ne s'en excuse pas le moins du monde. C'est la principale force du film. Il n'est pas facile d'y parvenir, comme en témoignent les nombreux ratés de l'intrigue loufoque du film, mais la farce ne s'épuise pas. Ce qui, à tous égards, devrait être considéré comme une réussite.

Recommandé mais avec un avertissement sanitaire mineur : Téléphone Bhoot n'est pas pour tous les palais.

Vidéo du jour

Projection de Mili : Sara Ali Khan et Ananya Panday photographiées ensemble