Il existe quatre facteurs principaux expliquant le succès des Grizzlies pendant une série de 11 victoires. Trois d’entre eux sont durables… mais un ne l’est peut-être pas.

Les Grizzlies ont reçu beaucoup de critiques plus tôt dans l’année après que Ja Morant, typiquement impétueux, ait mentionné avec désinvolture que Memphis était « bien à l’Ouest ».

De nombreux fans, et même des joueurs, en ont pris ombrage. Memphis a fait un parcours fougueux en playoffs l’an dernier avant de s’incliner face aux Warriors au deuxième tour, mais certains pensent que les Grizz sont un peu trop ambitieux. Il y a une certaine justice à cela. Les Grizzlies sont 15-10 contre la Conférence Ouest et 16-3 contre l’Est.

Mais les Grizzlies sont la seule équipe qui n’a pas encore perdu en 2023. Les Ours sont sur une série de 11 victoires et occupent la deuxième place de la conférence derrière les Nuggets de Denver, tout aussi incandescents. Bien qu’ils aient joué un calendrier faible, les Grizzlies ont été positivement tuer Ils sont en tête de la ligue en termes d’évaluation nette pendant cette période. De retour à son meilleur niveau et prêt à faire ses preuves, Memphis n’a pas l’intention de se laisser porter par le All-Star Break.

Aujourd’hui, nous allons examiner quatre facteurs clés de cette excellente série, dont un qui semble destiné à s’éteindre.

*Toutes les statistiques proviennent de NBA.com ou de Cleaning the Glass et sont filtrées pour commencer au début de la série de victoires, sauf indication contraire*.

33.3

33,3 est l’évaluation nette des Grizzlies dans les deuxièmes quarts-temps pendant cette série. C’est, par loin, l’évaluation nette la plus élevée de n’importe quelle équipe dans n’importe quel trimestre. Pourquoi ?

Lire  Skip Bayless et les fans des Cowboys prêts à bannir Dak Prescott après l'échec des playoffs.

Memphis est plus profond que la fosse des Mariannes et tout aussi écrasant. Au cours de cette série de victoires, les Grizzlies ont régulièrement commencé le deuxième quart-temps avec une équipe composée de Jaren Jackson Jr (un favori pour le titre de meilleur joueur défensif de l’année), Tyus Jones, Desmond Bane et/ou Dillon Brooks. Cela représente trois titulaires et le meilleur meneur de jeu de la ligue. Il semble injuste que les secondes unités des équipes adverses aient à affronter ces gars-là.

Menés principalement par l’avare Tyus, les Grizzlies du second quart ont un taux de rotation absurde de 9,3%. Grâce à Brandon Clarke, Steven Adams et John Konchar, ils récupèrent 37 % de leurs misses, ce qui les place largement en tête de la ligue. Et, grâce à un effort collectif, l’équipe tire à 53% au total et à 44% de loin.

Lors de leurs onze derniers matchs, les Grizzlies ont marqué 37, 39, 32, 44, 37, 43, 43, 36, 32, 22 et 27 points dans le deuxième quart-temps. Ils n’ont perdu que le quart-temps à 22 points, et encore, c’était par seulement trois points.

C’est difficile de perdre des matchs quand on gagne un quart-temps par une moyenne de neuf points chaque soir.

58.5 pour cent

Les équipes ne tirent que 58,5 % contre les Grizzlies depuis le 28 décembre, la meilleure note de la ligue. La raison la plus importante (littéralement) : le chasseur de mouches humain Jaren Jackson Jr. réalise en moyenne près de quatre blocs par match et modifie d’innombrables autres tirs. Lorsque Jackson est le défenseur le plus proche, les équipes tirent 48,3 % au bord du panier, ce qui est la meilleure note de la ligue. Steven Adams n’est pas loin derrière avec 55,2 %, 12e meilleur score. Aucune autre équipe n’a deux gars dans le top 15, et tant qu’Adams et Jackson resteront en bonne santé, la peinture sera toujours une zone interdite aux joueurs de ballon adverses.

Lire  Même Sean Payton ne croit pas aux rumeurs de siège chaud de Mike McCarthy avec les Cowboys.

Comme Michael Myers ou Jason Voorhees, Jackson est toujours à l’affût derrière vous, même lorsque vous pensez l’avoir battu :

Adams ne court pas après autant de ballhandlers, mais sa force de fer lui permet de bousculer les bigs adverses, et il est l’un des meilleurs de la ligue pour dénier la position de post.

19.5 pour cent

Les Grizzlies ont mené la ligue depuis le 28 décembre en passant près d’un cinquième de leurs possessions en transition. Non seulement ils ont été extrêmement prolifiques, mais ils sont également la deuxième équipe la plus efficace sur la course.

Lancer un groupe de meneurs de jeu agressifs, capables d’aller d’un bout à l’autre du terrain en prenant des rebonds et en créant une multitude de revirements, est un excellent moyen d’obtenir de nombreuses pauses rapides. La jeunesse exubérante des Grizzlies les aide à finir avec des layups acrobatiques et des alley-oops par-dessus des défenseurs plus lents et relativement au sol.

Les Grizzlies ont commencé l’année relativement lentement, compte tenu de leur moteur de chaos de l’année dernière. Mais ils ont redécouvert un besoin de vitesse, et envoyer des kangourous comme Ja Morant et Brandon Clarke contre des défenses en difficulté est une recette pour le succès.

Malgré des signes encourageants comme ceux ci-dessus, les Grizzlies ont au moins une statistique qui indique que leur série va bientôt prendre fin : la chance des tirs adverses.

31.6 pour cent

Un signe qui laisse présager une fin inévitable de la série : les adversaires tirent à peine 31,6 % derrière l’arc contre Memphis, alors que la moyenne de la ligue est de 36,4 %. Les Grizzlies sont 10e de la ligue pour ce qui est de la contestation des tirs à 3 points, ils ne facilitent donc pas la tâche aux adversaires, mais il y a une grande part de chance dans les tirs adverses, et les Grizzlies n’ont pas fait d’yeux de serpent depuis un bon moment.

Lire  Tom Brady fait une crise après avoir fait un flop alors qu'une place en playoffs était en jeu (vidéo).

Les Bears ont maintenu 10 de leurs 11 derniers adversaires sous la moyenne des tirs de la ligue. Cette chance au tir est destinée à disparaître à un moment donné dans le futur, même si ce n’est pas un glas. Mercredi, les Grizzlies ont dominé une équipe des Cleveland Cavaliers qui, même sans Donovan Mitchell, a tiré 45,7 % de ses tirs en profondeur.

Toutes les bonnes choses ont une fin, mais les Grizzlies ont marqué un point. Cette équipe a toutes les chances d’être à nouveau l’une des deux premières têtes de série à l’Ouest, et cette fois, elle ne sera pas composée de débutants. Les Grizzlies ont tenu leurs promesses ; une série de 11 victoires consécutives (et ce n’est pas fini) est le maximum qu’ils puissent faire en attendant les playoffs.

LE TABLEAU BLANC : S’abonner à la newsletter quotidienne de la NBA

Consultez The Step Back pour plus d’informations, d’analyses, d’opinions et une couverture unique du basket. N’oubliez pas de nous suivre sur Twitter Twitter et Instagram et abonnez-vous à notre newsletter quotidienne par e-mail, The Whiteboard.