Sécurité

Trois anciens chefs d’Etat-major signent une tribune pour mettre en garde sur les dangers de notre monde. Ils appellent à resserrer les liens d’amitié entre alliés historiques.

Que de hauts responsables militaires, de pays différents, soient unis par des liens de respect mutuel et même d’amitié véritable pourrait sembler surprenant à beaucoup. C’est pourtant cette relation que les anciens chefs d’état-major des armées des Etats-Unis, de France et du Royaume-Uni, ont eu le privilège de pouvoir bâtir.

Trois menaces

Notre premier motif d’inquiétude tient à l’état du monde. Il est devenu assez soudainement moins stable et plus dangereux. Nous devons faire face à trois menaces distinctes mais non disjointes : le terrorisme islamiste radical, l’immigration de masse et le retour des Etats puissance.

CETTE MONTÉE DES RISQUES DÉCOULE EN PARTIE DES INÉGALITÉS SOCIALES QUI SE SONT CREUSÉES.

La force régulatrice des Etats souverains comme celle des pôles de sécurité collective s’en trouvent fragilisées. Il n’est pas facile d’analyser avec précision les causes profondes de cette triple montée des risques. Mais elle découle en partie des inégalités sociales qui se sont creusées, aussi bien à l’intérieur des pays, qu’entre eux. Autrement dit, l’humanité fait perdurer une désastreuse distribution des richesses et des opportunités dans le monde.

En parallèle, un certain nombre d’Etats prétendent imposer un nouvel ordre mondial au motif que l’histoire leur aurait accordé des privilèges particuliers. Aux portes de l’Europe, en Asie, au Proche et Moyen-Orient, certains Etats mettent en effet en oeuvre des stratégies qui reposent sur le rapport de force, voire le fait accompli. La dynamique stratégique mondiale devient, de ce fait, de plus en plus agressive. C’est un risque majeur de déstabilisation que l’on aurait tort d’ignorer ou de sous-estimer.

LE MONDE RÉARME : EN 2016, LES VENTES DE MATÉRIELS MILITAIRES ONT RETROUVÉ LEUR NIVEAU DE LA FIN DE LA GUERRE FROIDE.

La conviction, partagée par un nombre croissant d’habitants de la planète, que le monde est injuste et que la violence serait un moyen d’y remédier, est une source inquiétante de conflictualité. La preuve en est que le monde réarme : en 2016, les ventes de matériels militaires ont retrouvé leur niveau de la fin de la guerre froide.

Des institutions en difficulté

Notre deuxième inquiétude aggrave encore la première. L’efficacité des institutions internationales connaît un déclin continu. Elles nous semblent en difficulté pour résoudre les problèmes à l’échelle mondiale, alors qu’elles ont été créées pour cela.

En outre, ces institutions peinent à considérer que dans un monde complexe et changeant, seules les actions communes peuvent en garantir la stabilité et promouvoir des évolutions bénéfiques vers plus de sécurité, d’inclusion et de solidarité.

L’absence de volonté

Ce tableau serait incomplet si nous n’évoquions pas notre dernière source d’inquiétude : le manque d’engagement de la communauté internationale en faveur d’un leadership collectif et collaboratif.

Cela dénote une absence de volonté pour résoudre des difficultés qui se posent au niveau mondial, qu’il s’agisse du terrorisme, des inégalités sociales, du réchauffement climatique ou de l’immigration de masse. Les responsables internationaux sont de plus en plus absorbés par des logiques nationales. Ils se soucient grandement de leur popularité dans leur propre pays. Cette façon d’exercer le pouvoir ne peut produire aux défis qui se posent à nous, que des réponses peu adaptées, trop onéreuses et surtout temporaires.

Mais que l’on ne s’y trompe pas : nous ne lançons pas un appel à l’augmentation des budgets de défense ni au recours accru à des solutions militaires. Il faut aussi prendre acte qu’aujourd’hui, gagner la guerre ne suffit pas à gagner la paix. Il est indispensable de garantir la sécurité et le développement à long terme, sans quoi les conflits renaîtront.

La meilleure façon de promouvoir la puissance militaire est de bâtir des alliances basées sur la confiance. Et il n’y aurait pas de pire façon de résoudre les difficultés mondiales qu’en les militarisant. Par cette tribune, nous souhaitons souligner que la sécurité du monde sera d’autant plus gravement menacée que l’on refusera de reconnaître les dangers, d’identifier des solutions communes et de faire en sorte que les leaders décident d’actions inclusives. L’histoire s’écrit sous nos yeux.

Général Martin Dempsey est ancien chef d’Etat-major des armées des Etats-Unis

Général Pierre de Villiers est ancien chef d’Etat-major des armées de France

Général Nick Houghton est ancien chef d’Etat-major des armées du Royaume-Uni

Articles en relation

Close