Société

« On attend que je sois mort pour réagir » : le désarroi d’un médecin urgentiste victime d’agressions dans des cités du Val-de-Marne

Franceinfo a interrogé le docteur Quynh Régent, urgentiste dans le Val-de-Marne. Il a été attaqué huit fois au cours de sa carrière. La dernière agression a eu lieu mardi.

« Deux hommes, encagoulés, m’ont coincé dans une cage d’escalier, m’ont roué de coups », raconte-t-il. Six jours d’interruption temporaire de travail lui ont été prescrits. « J’ai un coude qui est œdématié, avec un gros hématome, j’ai des douleurs au niveau des côtes, on m’a étranglé donc j’ai très mal à la gorge », détaille le médecin.

Face à cette violence, le médecin se sent abandonné. Ses plaintes déposées au commissariat n’ont jamais abouti. « Pour ma dernière agression, lors de ma déposition, l’officier m’a dit : ‘Bon, vous n’avez pas de blessures apparentes, visibles, donc on ne va pas faire grand chose. Cela ne va pas aller plus loin que ça’ », raconte-t-il. Et de lancer : « On attend que je sois mort pour réagir. »

(…) FranceInfo

Articles en relation

Close