L’église Saint-Gildas vandalisée, deux jeunes femmes interpellées

Depuis plusieurs jours des églises du Morbihan sont victimes d’actes de vandalisme. Saint-Gildas, à Auray, en a fait la triste expérience ce dimanche après-midi. Dans les heures qui ont suivi, deux jeunes femmes ont interpellées.

 » J’allais rentrer dans l’église pour prier. J’ai l’habitude de venir ici quand je passe à Auray. Mais en poussant la porte, j’ai vu une épaisse fumée et deux jeunes qui sortaient en courant, j’ai tout de suite appelé les pompiers « … Cette paroissienne de la région guérandaise, est encore toute retournée. Pourtant, grâce à elle et à une autre femme qui passait devant l’église Saint-Gildas avec ses enfants et qui a eu la présence d’esprit de vider l’eau des coupelles sur les départs de feu, le pire a pu être évité de justesse ce dimanche, à Auray

Dix points de départ de feu

Il était environ 15 h lorsque huit pompiers d’Auray sous le commandement du chef de groupe Jégado de Pluvigner (56) ont déployé un camion et la grande échelle devant le parvis sud. Ils ont alors découvert un spectacle de désolation. Dix points de départs de feux différents, papiers jonchant le sol, rideaux des confessionnaux brûlés, nappes et tissus balancés à même le sol devant l’autel également brûlés, au même titre qu’une tapisserie. Le tableau au-dessus de l’autel a été lui aussi partiellement abîmé mais  » heureusement il ne s’agit que d’une copie, l’original se trouvant actuellement présenté dans une exposition à Vannes « , comme l’ont assuré le père Gaétan Lucas, curé de la paroisse et Gérard Guillou, le premier adjoint de la ville. Le feu étant déjà éteint, les pompiers ont alors désenfumé l’église.

Les gendarmes de la brigade d’Auray ont eux, procédé aux premières constatations et recueilli le précieux témoignage des passantes. Puis l’église à été fermée au public et des scellés ont été posés. Les pompiers ont levé le dispositif au bout d’une heure puis ils sont repassés vers 19 h pour lever tout doute sur une éventuelle reprise de feu. Les gendarmes eux effectuant des rondes durant la nuit.

La messe ce lundi matin à Sainte-Hélène

 » Je suis triste bien sûr mais surtout pour ceux qui vandalisent ainsi le patrimoine religieux. C’est une bêtise sans nom. J’ai vu que quelques églises du Morbihan avaient été touchées ces derniers jours par des vols et des actes de vandalismes, mais je n’imaginais pas que ce serait pour nous cette fois « , a commenté le père Lucas, qui officiera ce lundi matin à la chapelle Sainte-Hélène pour la traditionnelle messe du jour de marché.

L’église sera fermée le temps de l’enquête mais  » il n’y a pas de messes à Saint-Gildas dans la semaine. Seules les obsèques y sont célébrées. On avisera si cela se produit « . La sacristie qui était fermée a-elle été épargnée.

L’enquête devrait être assez rapide puisque  » deux jeunes filles, connues des services de police, ont été interpellées dans la foulée et placées en garde à vue « , selon la compagnie de gendarmerie de Lorient qui a précisé :  » Il n’y aura sans doute pas besoin d’enquête scientifique » .

Ce dimanche soir, Gérard Guillou, qui se trouvait sur place lors du second passage des pompiers s’est dit peiné par  » ce genre de comportement inadmissible ». La question se pose désormais de savoir si les églises peuvent rester ouvertes sans surveillance. Dix points de départ de feu, rapidement éteints ont provoqué une épaisse fumée à l’intérieur de l’église. Source

Articles en relation

Close