CultureMonde

Le rap dans le collimateur des autorités chinoises

Les autorités chinoises, surprises par la soudaine popularité du hip-hop, ont rapidement étendu leur contrôle sur ce genre dont elles dénoncent la vulgarité et le «mauvais goût».

L’essor fulgurant des rappeurs chinois, avec leurs tatouages, leurs cheveux longs réunis en dreadlocks et leurs textes provocateurs, ne plaît visiblement pas au président Xi Jinping, pour qui l’art doit promouvoir «le Parti» et les «valeurs socialistes». Encore confidentiel il y a quelques années, le rap est désormais dans le collimateur des autorités, qui en dénoncent le «mauvais goût».

Ce style musical a vu sa popularité décoller l’an dernier grâce au succès de d’une émission de télécrochet sur Internet, «The rap of China», vue quelque 3 milliards de fois. Mais les deux gagnants du show sont aujourd’hui interdits d’antenne. Zhou Yan, connu [..] Lire la suite en étant abonné au Figaro

Articles en relation

Close