Société

Elle veut récolter 400 000 euros pour financer la greffe de moelle osseuse de son père

Plus de 600 personnes ont répondu à l’appel aux dons lancé par Myriam, 19 ans, en février. Son père, de nationalité tunisienne, ne bénéficie par de la Sécurité sociale.

« Soit je laisse mon père mourir sous mes yeux en Tunisie, soit je trouve un moyen de le faire soigner dans un autre pays. » Une jeune Tunisienne installée à Herblay (Val-d’Oise) a lancé un appel aux donspour sauver son père, menacé par une maladie s’il ne bénéficie pas d’une greffe de la moelle osseuse. Son opération coûterait 400 000 euros. Myriam, 19 ans, avait récolté plus de 16 000 euros de plus de 600 donateurs, lundi 5 mars.

Selon le texte partagé par la jeune femme, son père, âgé de 62 ans, souffre d’une aplasie médullaire : une maladie « semblable à une leucémie (…) qui le prive de ses défenses immunitaires ». Il a déjà subi un premier traitement, financé par ses proches, en France, mais son état de santé s’est à nouveau dégradé. « Les analyses ont montré que l’aplasie était de retour et que la seule solution était la greffe », explique son frère, cité par Le Parisien.

Un traitement inacessible en Tunisie

Ressortissant tunisien, le père de Myriam ne peut pas être soigné dans son pays, affirme sa fille, car la Tunisie « ne dispose pas des moyens » médicaux pour soigner une telle maladie chez un patient de plus de 50 ans. Il doit donc se tourner vers la France, où ces moyens existent mais où il ne bénéficie pas de la Sécurité sociale. Selon le devis mis en ligne par sa fille, sa greffe de moelle osseuse coûterait plus de 400 000 euros.

Cet appel aux dons, lancé le 19 février, survient à quelques semaines de la semaine nationale de mobilisation pour le don de moelle osseuse, du 10 au 18 mars, qui vise à encourager ces dons chez le grand public. Le père de Myriam a déjà une donneuse : sa sœur est compatible, explique sa famille au Parisien. Source

Source

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close