Dole La famille règle ses comptes devant un magasin en pleine journée 2900€ d’amandes

Un père de famille a voulu en découdre avec son ex-compagne dans un magasin. La rencontre a dégénéré.

Ils se sont battus devant tout le monde en pleine journée. Le 17 juin 2017, devant un magasin de la périphérie doloise, une famille règle ses comptes en présence de nombreux témoins. Très énervé, le père de famille tient à expliquer sa façon de penser à son ex-femme. Il lui reproche d’avoir abandonné leur fils depuis plusieurs jours. Plusieurs coups sont échangés « J’y suis allé avec mon ami pour avoir des explications mais nous n’avions aucunement l’intention de nous battre à la base », se défend l’un des deux prévenus. Ce vendredi 2 mars, à la barre du tribunal, ce Dolois de 52 ans, inconnu de la justice, reste calme. « Vous saviez que ça pouvait dégénérer en y allant, ce n’était pas une visite de courtoisie », insiste la présidente.

Tout a été filmé

L’autre prévenu de 53 ans, qui a asséné les coups au nouveau compagnon, estime avoir fait cela par réflexe et par crainte. « En voyant la position de ses mains, j’ai cru qu’il sortait un couteau de sa poche car on m’avait dit qu’il en avait parfois sur lui », tente de se justifier l’homme. La caméra de vidéo-surveillance du magasin montre nettement l’un des prévenus en train d’asséner deux coups très violents au visage du plaignant. C’est l’élan pris par le prévenu qui a étonné le parquet. Le nouveau compagnon empêche que sa femme ne reçoive un coup supplémentaire. Une situation très vite interrompue par la sécurité. Les violences sont caractérisées et les certificats médicaux attestent de coups portés à la bouche et aux cervicales. L’avocat des prévenus rappelle l’évidence : « Il vaut mieux un bon croquis qu’un long discours comme ici avec ces images. Il faut cependant rappeler que le coup qui a atteint la plaignante au visage n’a jamais été porté intentionnellement par mon client. »

Au final, moins de huit jours d’arrêts de travail ont été prononcés suite à ces faits. Les tensions étaient encore très palpables au tribunal. Des aveux progressifs lors des auditions ont permis d’alléger la peine. Ils ont finalement été reconnus coupables et devront payer respectivement 120 jours/amende et 90 jours/amende à 10 euros. Ils devront par ailleurs verser 800 euros au titre des dommages et intérêts. Le Progrès

. Le Progrès

Close