Société

Argenteuil : sur l’A15, la ville nettoie 16t de déchets à la place de l’Etat

La municipalité intervient régulièrement sur la bretelle de sortie menant vers la rue de Gode, avec le syndicat de traitement des déchets Azur. La mairie veut soigner l’image de l’entrée de la ville.

Près de 16,5 t de déchets et dépôts sauvages ont été enlevés sur la bretelle de sortie de l’A15 menant vers la rue de Gode, à Argenteuil, il y a quelques jours. Régulièrement, cette voie de sortie fait presque office de décharge à ciel ouvert. Un état de fait inadmissible pour la commune, qui a décidé déjà depuis plusieurs années de prendre à sa charge avec l’aide du syndicat Azur le nettoyage de ce terrain qui appartient à l’Etat.

« Bien que ce ne soit pas de la compétence de la municipalité, il s’agit d’une entrée de ville et le maire souhaite qu’elle soit propre et régulièrement nettoyées des dépôts sauvages par des gens sans scrupule », souligne Xavier Péricat, premier adjoint au maire (LR).

En 2017, la ville avait nettoyé à deux reprises les abords de cette route pollués d’une dizaine de tonnes de déchets à chaque fois. A deux reprises, la municipalité, avec le syndicat, a pris à sa charge l’intervention. Pour le syndicat Azur, financé en partie par la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, le traitement de déchets s’élève à 80 € la tonne. Pour la ville, il n’y a pas de coût supplémentaire à supporter puisque les prestations s’inscrivent dans le cadre du contrat avec le syndicat. Mais elle mobilise tout de même ses agents et son matériel pour mener à bien une telle opération. Cette dernière nécessite en effet une certaine organisation. Ironie du sort, pour pouvoir la mener, la municipalité doit demander l’autorisation à la direction des routes d’Ile-de-France. La route a dû être coupée avec l’aide de l’unité d’exploitation des routes d’Eragny qui permet la fermeture régulière de cette bretelle de sortie pour permettre aux agents de travailler en sécurité.

2 200 t de déchets sauvages chaque année

Chaque année, 2 200 t de déchets sauvages sont abandonnés illégalement à Argenteuil au bord des routes de l’Etat, de la voirie communale ou sur des terrains inoccupés. Soit entre 7 et 9 t par jour ! Des camions de la ville circulent quotidiennement dans les principaux points noirs. Pour lutter contre les pollueurs, en plus des caméras, le conseil municipal avait voté à l’unanimité, en décembre 2016, une sanction de 265 € correspondant à un forfait d’enlèvement. Celui-ci est complété des frais de traitement des déchets selon leur nature : 83 € par tonne pour les ordures ménagères, 16,80 € pour les gravats et 86,26 € pour les déchets industriels.

Contactée, la direction des routes d’Ile-de-France n’a pas donné suite à nos sollicitations. Il semblerait tout de même, selon une source, que le nettoyage des dépôts sauvages ne fasse pas partie de leur priorité faute de budget… Sauf si les déchets se trouvent en milieu de voie.


A Franconville aussi, la question du nettoyage des entrées d’autoroute se pose, elle aussi, Notamment lors de fortes pluies, quand les mêmes scènes d’inondation se répètent dans la bretelle d’entrée de l’A 115. L’accumulation de déchets bouche alors le dispositif d’évacuation de l’eau sous la glissière. « Parfois, c’est une véritable piscine en bas de la descente, témoigne ainsi Julien, un habitant de la ville. Les voitures sont obligées de passer au ralenti parce que l’eau monte presque au niveau des portières. » Irritée par cette situation, la ville, dont les agents se sont déjà substitués à ceux de la Dirif, ont même fait apposer un panneau au message clair « L’entretien des accès aux autoroutes est de la seule responsabilité de l’Etat » suivi des coordonnées de la Dirif. L’ancien sénateur-maire (LR), Francis Delattre, a d’ailleurs déjà dénoncé « la dangerosité de certaines voies d’accès », évoquant des « aquaplanings, accidents et carambolages ». Le Parisien

Articles en relation

Close