Monde

Allemagne: un Vietnamien inculpé pour un enlèvement rocambolesque

Arrêté en République tchèque, un ressortissant vietnamien a été inculpé pour son rôle présumé dans l’enlèvement à Berlin d’un ancien membre du parti communiste vietnamien.

Un Vietnamien a été inculpé pour son rôle présumé dans l’enlèvement d’un compatriote à Berlin en 2017, a annoncé mercredi la justice allemande, un kidnapping digne de la Guerre Froide qui aurait été orchestré par Hanoï. Le suspect, présenté comme Long N. H. et âgé de 47 ans, a été inculpé le 28 février pour sa collaboration présumée avec un service de renseignements étranger et pour avoir « participé à un enlèvement », selon un communiqué du Parquet fédéral. Les faits sont passibles de 10 ans de prison.

Interpellé en République tchèque en août 2017, Long N. H. avait été remis aux autorités allemandes qui l’avaient placé en détention. Il est soupçonné d’avoir apporté une aide logistique pour enlever Trin Xuan Thanh, ex-membre du parti communiste et ancien dirigeant d’une filiale d’une entreprise pétrolière publique vietnamienne.

Agressions et disparitions d’opposants

Accusé par Hanoï d’avoir détourné 120 millions d’euros, il avait été enlevé le 23 juillet 2017 en compagnie d’une femme dans un célèbre parc berlinois « à l’initiative de services gouvernementaux vietnamiens », selon le Parquet. Ils avaient été ensuite « conduits à l’ambassade », puis expédiés vers le Vietnam, selon la même source.

Hanoï soutient que Trin Xuan Thanh est revenu de son plein gré. Jugé par un tribunal vietnamien, il a été condamné en début d’année à deux reprises à la prison à vie pour détournement de fonds. Quelques jours avant l’enlèvement, Long N. H. avait loué à Prague et ramené à Berlin une fourgonnette et une voiture utilisées lors de l’enlèvement. Il avait ensuite ramené la fourgonnette en République tchèque, et c’est là qu’il avait été arrêté puis remis l’Allemagne.

L’affaire avait scandalisé le gouvernement allemand, entraînant une crise diplomatique. Le ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel avait alors dénoncé des méthodes dignes des « films noirs sur la Guerre Froide ». Le régime communiste vietnamien mène depuis quelques années une opération « mains propres » contre la corruption. Le rapt de Trin Xuan ThanhD avait attiré l’attention sur les méthodes du régime, coutumier des disparitions et des tabassages d’opposants.

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Close